Amour à visiter

L’Amour au Louvre-Lens

Février !
Le mois de La Saint-Valentin !
Le mois de… l’Amour.
Cette année, en l’honneur de la fête des amoureux, j’avais envie de te proposer un article différent. Pas de séries, ni de films, ni de livres. Mais une visite au musée !
Et avec cette période difficile pour la culture, quoi de mieux que de faire venir le musée jusqu’à toi ?

Alors pardonne mon retard, car cette exposition a bel et bien eu lieu au musée du Louvre-Lens (situé à Lens, dans le Pas-de-Calais)… de Septembre 2018 à Janvier 2019.
Mais pour parler Amour, il n’est jamais trop tard. 😉

J’ai eu la chance de visiter cette exposition avec un guide et je l’ai trouvée avenante, accessible et fascinante.
Je ne pourrais malheureusement pas t’en faire un schéma détaillé, ma mémoire n’est pas aussi puissante, mais grâce aux sources (voir en bas de l’article) et au programme papier que je me suis procuré à la fin de ma visite, je te laisse un petit goût de ce qu’était cette exposition.

Petit disclaimer

J’avais malheureusement oublié mon téléphone le jour de ma visite et donc, pas de photo personnelle (et de toute façon, l’idée de ce blog n’avait pas encore germé dans mon esprit, hihi). En revanche, les illustrations dans cet article sont des œuvres qui étaient présentes lors de cette exposition.
J’ai réduit au maximum les informations pour ne pas te perdre d’ennui. Si tu souhaites plus d’explications sur l’un des sujets, n’hésite pas à aller dans les sources.
/!\ Attention, je ne suis ni historienne, ni une professionnelle de l’Art. Cet article a pour but de vous faire partager l’exposition qui a eu lieu au Louvre-Lens et mon admiration pour l’Amour. Si certains écrits sont inexacts et mal interprétés/mal formulés de ma part, n’hésite pas à m’en faire part en commentaire pour rectifier le tir 🙂 .

C’est parti !

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

“Si l’amour est un sentiment universel, les manières d’aimer sont multiples et n’ont cessé d’évoluer au cours de l’Histoire. D’une époque à une autre, les transformations de la relation amoureuse constituent une inépuisable source d’inspiration pour les artistes.”

Zeev Gourarier, commissaire de l’exposition, directeur scientifique et des collections du Mucem
Source : https://www.louvrelens.fr

L’Amour qu’a voulu représenter le musée était une ballade romanesque à travers les époques et les manières d’aimer. La passion, l’amour courtois, la galanterie, le libertinage, le romantisme… Tout y était représenté à travers 250 œuvres (sculptures, peintures,…) provenant de plusieurs époques.

Prologue : l’Antiquité

Urne cinéraire des époux de Cerveteri,
Art étrusque (du IXe au Ier siècle av. J.-C.)
[Paris, Musée du Louvre]

Dans cette pièce, prélude d’une promenade instructive, il était question de représenter “l’Amour” avant Jésus-Christ / au début de notre ère.
A cette époque, le couple était sculpté sur leur tombe (ou leur urne), souvent dans une position proche (enlacés, proche, se tenant la main…). Une démonstration faite au monde des vivants signifiant “s’aimer jusqu’à l’éternité” et ne former plus qu’un, comme un écho à l’œuvre de Platon (dont j’ai fait référence dans cet article : 💘 )

Commencer l’exposition d’aussi loin dans le temps était une manière de prouver que l’Amour existe depuis toujours.

Note complémentaire :
Cette représentation “romantique” sur le dernier lieu des défunts cessera avec le Christianisme.

💟💟💟

Chapitre 1 : La Séduction

L’exposition débute avec la représentation la “Femme fatale“.
Cette première partie s’est penchée sur l’histoire deux femmes connues : Ève (comme dans “Adam & Ève”) et Pandore (oui, “La boîte de Pandore”).
En effet, l’histoire de ces deux femmes ont un point commun : “la déchéance de l’humanité.”

Adam & Eve
Giuseppe Della Porta Salviati
2e quart du XVIè siècle
[Toulouse, musée des Augustins]

Ève, qui, en mangeant le fruit défendu, ferma les portes du Jardin d’Eden (ou l’Âge d’Or pour les grecs) à l’humanité, après y avoir été chassée avec Adam.
C’est à cause d’Eve – et donc de la Femme- que nous fûmes tous chassés du Paradis (alors qu’Adam avait également mangé le fruit, mais après…).
Eve, dès lors, “devient la tentatrice qui a poussé l’homme à la concupiscence. (…) et a précipité la chute de l’humanité“*

Pandore
Henri-Joseph Rutxhiel, 1819 

Pandore, quant à elle, est une autre représentation de “première femme”. Créée par Zeus afin de se venger des hommes (sombre histoire avec Prométhée), ce dernier lui confia également “une jarre” (ou boite, dans nos représentations d’aujourd’hui). Par curiosité, Pandore ouvrit le couvercle et “déversa tous les maux du Monde“. Seule “Elpis” (personnification de la crainte et de l’espoir) resta au fond de la boite, comme seule “cadeau” offert aux humains… qui les caractérise tant.

Notes complémentaires :
– Dans l’histoire d’Eve, il faut savoir qu’à l’origine, elle croqua dans la pomme sous la persuasion du serpent qui lui promis qu’en le faisant, le fruit “lui apportera la connaissance”. L’association du “fruit défendu” avec “pêché de chair” ne vient que beaucoup plus tard, au Vème avec Saint-Augustin.
***
Il y aurait donc deux choses à retenir de ce chapitre:
– La première est que la femme a été créée après l’homme, à partir de l’homme, “la rendant subordonnée“*
– La seconde chose est un peu la morale qui découle de ces deux histoires : “il faut se méfier de la séduction des femmes“.
La femme devient alors un “objet de vice” à cacher, camouflée du monde en restant chez elle, confié à un homme (le père, au début de leur vie). Cette interdiction poussera certains hommes à sévir. Afin d’assouvir leurs besoins, ces derniers commettent des rapts, des enlèvements (et des viols. Qui selon les Grecs, n’avaient pas la même signification que nous la connaissons).
L’une des œuvres illustrant ces faits est “L’enlèvement d’Europe par Zeus

Mosaïque sur l’enlèvement d’Europe

💟💟💟

Chapitre 2 : L’Adoration

Avec l’avènement du Christianisme en Occident, la femme retrouve le respect “perdu à cause” d’Eve.
En effet, l’arrivée de la Vierge Marie réouvre les portes du Paradis, les mêmes fermées par Eve. En incarnant “La Vierge” (et donc la pureté), Marie efface la faute d’Eve et prend, en quelque sorte, sa place. Fini les affaires “sans consentement”, le Moyen-Age – et l’Eglise – redorent la place de la Femme, et surtout son rôle de mère, l’image de la Vierge y étant (quasiment toujours) associée.

La Vierge et l’Enfant entourés de quatre anges et quatre saints
Giuliano di Simone da Lucca Giuliano
3e quart du XIVème siècle
[Paris, musée du Louvre]


On réhonore la Femme – la mère – et on la replace, avec son consentement, auprès de son époux. Il n’est toujours pas trop question d’union d’amour, mais l’avis de la femme est tout de même demandé au préalable.

Cependant, cette nouvelle image à un prix : les relations charnelles (l’acte de plaisir) sont bannies par l’Eglise. L’accouplement est toléré uniquement pour procréer et au sein d’un couple marié.

💟💟💟

Chapitre 3 : La Passion

Le Roman de la Poire, Tristan et Yseut dans la forêt du Morois
Tibaut
Vers 1250 – 1260
[Paris, Bibliothèque nationale de France]

Les relations changent. A présent que la femme a son mot à dire, il devient alors moins évident aux hommes de les séduire.
Apparait donc “l’amour courtois“. Même si une seule définition existe, plusieurs interprétations sont à noter.
Selon Wikipedia, il s’agit “d’une expression désignant au Moyen Âge, la façon d’aimer avec courtoisie, respect et honnêteté, sa ou son partenaire, dans le but commun d’atteindre la joie et le bonheur.”
Concrètement, l’amour courtois est une manière noble et respectueuse d’être amoureux. Pour un homme, c’est également séduire, par des actes de bravoure ou d’art, une Dame.

La dame devient la suzeraine de son amant, et par son baiser, adoube l’élu de son cœur. “***

On l’associe également souvent au chevalier, qui, fou amoureux d’une Damoiselle d’un rang souvent supérieur, s’apprête à prouver, par des actes de courage, qu’il mérite son cœur (qu’on peut appeler aussi “amour chevaleresque“).

Selon certaines interprétations, “l’amour courtois” est, avec notre regard du XXIème siècle, un poil sexiste. Soit le chevalier devient assujetti à sa belle, devant assouvir tous ses besoins sans broncher. Soit, on peut voir la femme comme un trophée, un objet qu’on gagne (un peu comme le système de l’émission “Le Bachelor“). Qu’importe la femme, du moment qu’on prouve qu’on est le plus fort et qu’on gagne le cœur de la Belle.
A toi de voir 😉

A ce stade, l’Amour est aussi question d’une “partie d’échecs“. Le jeu vient d’arriver en Occident et on associe la manière de s’affronter et de faire preuve de stratégie dans le jeu, avec la conquête amoureuse.

Vitrail : Les Joueurs d’échecs
Vers 1450
Villefranche-sur Saône
[Paris, musée de Cluny]

“(…) En observant des règles très précises, le chevalier doit faire preuve d’intelligence et de stratégie pour parvenir à « prendre la reine », la pièce la plus puissante du jeu.” ***

Note complémentaire :
Avant l’aspect que l’on connait du jeu d’échecs, il n’y avait pas de Reine sur l’échiquier (plateau qui, avec son roi, ses fous et ses chevaliers, représentaient, en réalité, la hiérarchisation de la société). Comme dorénavant la femme est considérée, on remplace la pièce du “Vizir” par la Reine. Mais c’est au XVème siècle que cette dernière deviendra la pièce la plus puissante du jeu, ce qui annonce également “une meilleure place de la femme dans la société“.

💟💟💟

Chapitre 4 : La Relation

Le courtoisie réhabilite l’Amour. Mais l’Amour n’est pas la relation.” **

Voici venu la galanterie !
La galanterie dessine les contours d’une relation plus équilibrée. Surtout destinée à la Bourgeoisie et l’Aristocratie, c’est une manière de séduire l’autre par des poèmes chantés sous la fenêtre, des sérénades (et coucou Roméo !).
C’est l’art de plaire et l’art de dire” (source : Wikipédia)

L’Amour à l’espagnole
Jean-Baptiste Le Prince
1773
[Angers, musée des Beaux-Arts]

En France, elle fait son apparition à la Cour du Roi Soleil.
La galanterie acquiert la science des relations. En effet, la petite nouveauté est que la femme devient active ! Si elle restait “les bras ballants” face à l’amour courtois (c’était à l’homme de prouver son attirance), ici, elle s’exprime et séduit à son tour.
C’est à cette époque qu’est notamment écrit “La Princesse de Clèves” par Madame de La Fayette. Cette fois-ci, ensemble, hommes et femmes célèbrent “le bonheur de l’amour partagé” à travers les arts.

Le grand changement par rapport à l’amour courtois, c’est qu’il ne s’agit plus d’éprouver des sentiments pour une “dame lointaine”, mais c’est séduire une femme “accessible”. Les cours royales étant devenues mixtes en France sous François I, les hommes veulent (et peuvent) attraper le cœur d’une femme “réelle” qu’ils croisent constamment.

Note complémentaire :
Nous sommes au XVIIe siècle, et les femmes ont une place inédite dans la société. La dame la plus associée à ce moment de l’Histoire est Madeleine de Scudéry. Elle est la première femme à qui un poste à l’Académie Française été proposé…Et qui a refusé !
Elle est d’ailleurs l’auteure de “La carte de Tendre“… Une réelle “carte” indiquant aux hommes le chemin à suivre pour attraper le cœur de sa dulcinée.

La Carte de Tendre – Illustration par François Chauveau
Cette carte apparaît dans la première partie du roman “Clélie, histoire romaine” écrit par Mademoiselle de Scudéry

Note personnelle : j’imagine que de nos jours, le “Lac d’indéférence” correspond à la friendzone ?

💟💟💟

Chapitre 5 : Le Plaisir

L’amour : OK. On sait à présent se séduire et jouir d’un amour partagé.
Mais quid du plaisir (“charnel”) ?
Pour rappel, nous avons laissé ce point il y a très, très longtemps, dans le chapitre 2. Bridé depuis des siècles par les instances religieuses, le sexe n’était autorisé qu’à des fins de procréation.

Le Verrou
Jean-Honoré Fragonard
1777
[Paris, musée du Louvre]

Nous voici à la naissance du libertinage !
Comment est-il né ? Grâce à plusieurs facteurs.
1. Tout d’abord, les premiers libertins étaient … athées ! Adieu le dogme de la religion qui proclame que l’acte charnel n’a lieu que pour faire des bébés.
2. La seconde raison est que l’intérieur des demeures se “privatise”. Si tu visites Versailles, par exemple, pour aller d’une pièce à une autre, pas de couloirs, il faut traverser toutes les pièces. Et donc “”jouer au scrabble“” avec son crush n’était pas… chose aisée. Mais à partir de la deuxième moitié du XVIIIème siècle, le couloir est inventé ! Il permet ainsi une meilleure intimité des pièces et donc de jouir d’une vie privée pour ses occupants.
3. Le niveau de vie à l’époque en France s’est grandement améliorée. Les français recherchent donc le plaisir !

L’érotisme nait avec ce libertinage et du jeu du “voilé/dévoilé”

Le Matin
Emmanuel-Jean-Népomucène De Ghendt d’après Pierre-Antoine Baudouin
[Paris, musée du Louvre]

Note personnelle : Tout au long de la visite, des petits écriteaux à hauteur d’enfants invitaient ces derniers à jouer avec l’Art, par des recherches selon les questions posées. Je pense que les petits devaient récupérer un carnet à l’Accueil et ainsi vivre avec entrain cette exposition. Dans une salle, par exemple, il était demandé aux enfants de trouver qui était l’amoureuse de Roméo.
Lorsque vint ce fameux chapitre, il était noté sur les écriteaux ” il n’y a rien pour toi dans cette pièce, rendez-vous à la prochaine”. Car en effet, en plus de tableaux aux courbes féminines dénudées et du sujet pour adultes, le musée exposait d’anciennes œuvres qui comportant des illustrations pornographiques.

💟💟💟

Chapitre 6 : La Fusion

Le plaisir, c’est cool. Mais où mène le plaisir sans sentiments ?
L’œuvre “Les Laisons Dangereuses” de Pierre Choderlos de Laclos remet en question cette quête permanente du plaisir.
C’est le retour des sentiments et de la recherche de l’âme sœur. Cette quête de sa moitié inspirée par Platon (cf, le lien dans le prologue) revient à la mode. Des œuvres du passé sont réactualisés, dont les plus connues de Shakespeare.

Bien au-delà du quotidien des époux, l’exaltation de la passion par les poètes et les dramaturges conduit jusqu’à la mort et au-delà (…)” ***

Roméo et Juliette devant la tombe des Capulet
Eugène Delacroix
1850
[Paris, musée national Eugène Delacroix]

C’est tout simplement la naissance de romantisme. “La recherche d’une complétude liant passion et pureté.” *
Les mariages arrangés font de plus en plus de place aux mariages d’amour.

Le baiser devient alors l’illustration des sentiments réciproques.

Le Baiser
Charles Auguste Émile Durant dit Carolus-Duran
1868
[Lille, musée des Beaux-Arts]

♦ Note complémentaire :
La littérature fête aussi le romantisme :
– “Julie ou la Nouvelle Héloïse” de Jean-Jacques Rousseau écrit en 1761 est le premier roman d’Amour moderne.
-“Paul et Virginie” de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre marquera aussi les esprits. Cette histoire d’amour (des enfants meilleurs amis devenus amants une fois plus âgés) qui se passe dans le milieu populaire insufflera l’importance du grand amour dans ce milieu également.
– “Les liaisons dangereuses” jouera un grand rôle, comme énoncé plus haut.

💟💟💟

Chapitre 7 : La Liberté

C’est la liberté qui hante l’Amour au XXème et, finalement, l’Amour de nos jours.
De grands changements dans nos vies sera le résultat de cette soif de liberté dans l’Amour. La fin du mariage “pour vivre en couple”, la création de la pilule contraceptive, les jambes des femmes qui se dévoilent (l’arrivée des jupes courtes) et la possibilité de partager un acte de chair avant les sentiments.
Pour illustrer ces révolutions, le musée a exposé une centaine de vinyles, témoins en chansons de ces changements. Michel Polnareff (“Je veux faire l’amour avec toi”, Serge Gainsbourg et son duo avec Jane Birkin, notamment… )

Quelques vinyles exposés au musée lors de l’exposition “Amour”

La dernière œuvre exposée était “Vénus” de Niki de Saint Phalle créée en 1968.

Vénus
Niki de Saint Phalle
1968
[Nice, MAMAC]

Cette œuvre particulière revient sur la position de la Femme, comme un écho à ses débuts très compliqués, vue dans le chapitre 1.
La plasticienne a voulu montrer l’émancipation des femmes et la liberté de les laisser s’exprimer, liberté trop longtemps restreint.

Question finale ouverte :

Nait-on homme ou femme ou le devient-on ?”

💟💟💟

Sources Principales :
*AMOUR “l’Album de l’exposition” {brochure en papier que j’ai achetée à la fin de l’exposition}
**Vidéo Youtube “[visite privée] L’Amour au Louvre-Lens” LIEN
***Site du Louvre-Lens, “exhibition amour” : LIEN

Autres sources :
La Galanterie sur français.radio.cz ICI

Wikipedia :
Amour courtois ICI
Carte de Tendre ICI

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

J’espère que cette balade culturelle t’a plu 🙂 !

A une prochaine belle histoire,

La Romantique éperdue

1 commentaire

  1. […] certains Abélard et Héloïse – à retrouver ICI – et l’Amour courtois – ICI.Une véritable bouffée d’Histoire t’envahi et te voilà sans crier gare, en France, au […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 22 =