Amour à lire Services Presses

Les romances de Loraline Bradern

On me dit dans l’oreillette qu’il s’agit d’un nouveau partenariat 100% romance !
Et oui, en cette année 2021, j’ai eu la chance d’avoir été sélectionnée par Loraline Bradern pour être une de ses partenaires.

L’auteure s’illustre dans la romance avec deux genres : La Romance Historique et la Romance Militaire.
Tu peux la suivre sur Instagram et découvrir ses romans sur Booknode.
Et si tu souhaites te procurer ses romans, voici sa page Amazon.

Merci beaucoup à l’auteure pour sa confiance. 🙂

Je rappelle que les avis de cet article n’engagent que moi.

C’est parti !

♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣ ♠ ♣

Saga Combat d’Amour

Tome 1 : “De la haine au désir”

Résumé : Alinor est une damoiselle saxonne formée à toutes les tâches domestiques habituellement dévolues aux dames nobles mais elle est également dotée d’un fort caractère et rompue au maniement des armes, qualités bien peu féminines… Lors de l’invasion normande, elle prend en charge le fief familial pendant que son père et son frère partent au combat pour tenter de repousser les troupes de l’envahisseur.
Gauthier de Fougères, fidèle chevalier de Guillaume de Normandie, a pour tâche de prendre le fief de Thurston au nom de son sire. Il se heurte violemment à Alinor qui ne veut pas baisser les bras devant l’ennemi.
Prise entre sa fierté et ses sentiments comment Alinor parviendra-t-elle a se sortir de ce piège tout en sauvant ses gens et son coeur ?

~ AVIS ~

Ce roman est ma première rencontre avec la plume de Loraline et étant une grande fan de romance historique, j’avais hâte de lire cette saga.
Bien que j’enchaînerai volontiers sur la suite, ma curiosité piquée au vif, je dois admettre que ce roman comporte quelques petits défauts à mon goût…

En réalité, j’avais placé la barre très haut et ce, avant même de lire la première page. Une chroniqueuse que je suis sur les réseaux sociaux avait qualifié “Combat d’amour” comme étant la meilleure romance historique qu’elle avait lue. Je vais refroidir l’atmosphère : Pour moi, ça ne l’est pas. Du moins, pour le moment. Il ne s’agit que du premier tome, après tout, peut-être que mon jugement changera avec la lecture des autres tomes.
Ce début de saga possède de sérieux bons arguments, c’est indéniable, mais les maladresses sont nombreuses à mes yeux pour le qualifier comme tel.

Mais commençons par le positif !
Nous sommes dans une romance qui prend place au Moyen-Âge en Angleterre et les efforts sur l’aspect historique de la part de l’auteure sont louables. C’est une époque que j’ai rarement croisée en romance et j’ai aimé la découvrir et apprendre sur le sujet. On s’y projette facilement, les faits historiques sont proprement narrés.
Gauthier et Alinor, nos deux héros, sont dans la lignée de ce qu’on attend d’eux dans ce genre de romance. Et, on ne va pas se mentir, c’est qu’on apprécie le plus. Une jeune femme farouche et courageuse, mais naïve sur les pratiques de l’Amour face à un soldat bien bati, loyal au cœur bon, fortement troublé par notre héroïne. Ca se jauge, s’approche, se sépare, se regarde, se guette… Les dés sont jetés et à nous de suivre la partie.
Le rythme est très bon aussi. Je sais qu’il me reste trois tomes sur la saga, il y a encore des choses à découvrir et à vivre. Et dans cet esprit, ce premier tome joue son rôle à merveille. L’échiquier est prêt, les pions clés de l’histoire, soigneusement placés. Il met en appétit pour le reste, éveille la curiosité tout en ayant du suspens, de l’action concrète, des intrigues importantes et une romance fondée.
La fin donne envie de sauter sur le second tome !

Mais à mes yeux, ce joyeux et intrigant récit est fragilisé par plusieurs points noirs sur la forme. Cela peut aussi s’expliquer par le fait que ce soit le tout premier roman de l’auteure.

Tout d’abord, la manière de narrer l’histoire qui “théâtralise” trop la forme. On en fait un peu trop, on “exagère” la manière de faire et d’expliquer afin d’aider le spectateur a bien tout comprendre, à capter chaque détail… Enfin, j’ignore si je suis dans le vrai en faisant la comparaison avec le théâtre, mais c’est le sentiment que j’ai eu. Le roman s’est retrouvé lesté d’une forme qui manquait un peu de fluidité.
Chaque action est narrée une première fois. Mais ensuite, réexpliquée, résumé, débattue… On passe trop de temps sur la même chose.
Par exemple, au début du récit, il y a une scène que nous vivons de A à Z de nos propres yeux.
Le héros décide d’expliquer ce qu’il s’est passé à un autre personnage absent et au lieu de résumer la situation en quelques phrases (du type : “Il lui narra toute la scène, tenta de la rassurer quand X commençait à s’affoler…) eh bien tout est réexpliqué une seconde fois, en dialogue et dans les moindres détails.
J’ai trouvé ça trop lourd. Cette manière de faire est récurrente (pas systématique, je précise), et donne une sensation de redondance. Le lecteur ayant été témoin de la scène, il n’était pas utile de tout réexpliquer au complet. De plus, soit il n’y a qu’une répétition, soit, il y a la répétition + débat intérieur du point de vue de l’autre héros qui le découvre + redébat avec un adjuvant pour qu’il l’aide à mieux comprendre (avec toujours la description de ce qu’il s’est passé en plusieurs exemplaires)… J’avais l’impression qu’on tournait en rond trop souvent et trop longtemps.

Et quand il y a débats, les dialogues s’étiraient trop.
Par exemple, le héros hésite sur un sujet. Il en parle à son meilleur ami, et ils en discutent, débattent mais… les arguments sont, en réalité, les mêmes. On ajoute des points qui ont déjà été évoqués au début de la discussion, juste reformulés différemment. Là aussi, j’avais la sensation de m’empêtrer dans une situation qui aurait pu être réglée / avancée beaucoup plus vite.

Quant à la romance, cette dernière m’a aussi un peut titillée.
Je n’ai aucun problème avec tous les clichés du genre. Les “fuis-moi, je te suis”, “le chat et la souris”, c’est mon dada, j’adore ça. Mais comme tout, à dose respectable.
Ici, il y a eu trop de scènes de rapprochement “gratuites”. Trop de scènes “je suis intéressé.e, je chauffe et… en fait non”. Trop de “un pas en avant, trois en arrière.” Au début, c’était cool. Mais au bout d’un moment, j’ai trouvé ça un peu fatigant -et encore une fois, redondant. La plupart de ces scènes, pour moi, n’avaient pas grande utilité. Retirer quelques scènes auraient permis aux autres, celles vraiment utiles au récit et au couple, de briller davantage et d’être plus…croustillantes.

Voilà les raisons pour lesquelles ce premier tome n’est pas un coup de cœur. Comme à chaque avis où je présente des “points noirs”, ceux-ci paraissent immenses alors qu’en réalité, j’ai quand même apprécié ma lecture. Je n’oublie pas le fond haletant et intrigant de “Combat d’Amour” et reste curieuse pour la suite. Et puis s’il a été le coup de cœur d’une autre lectrice, je ne doute pas que cette saga fasse chavirer d’autres cœurs.

CONCLUSION : J’aime… Beaucoup
♥ ♥

A suivre…

La Romantique éperdue ♥

2 commentaires

  1. Hello ! Et tout d’abord bienvenue dans les partenaires ! On se retrouve par ici !
    Je peux comprendre la partie redondance dont tu parles, pour ma part ca m’a pas trop gênée et je trouve que la tension augmente petit à petit, hâte de voir ce que tu penses du reste de la saga et des autres séries du coup !

    1. La Romantique éperdue a dit :

      Coucou Marine !

      Un grand merci à toi d’être venue par ici et d’avoir laissé un commentaire !

      Super, j’ai hâte de découvrir la suite de la saga, dans ce cas. 😉

      A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 6 =