Amour à lire Services Presses

Services de presse : Romance Fantasy, partie 3

Je te propose ici mes découvertes livresques 2022 “Romance Fantasy / SF / Paranormale / Fantastique” grâce, toujours aux services de presse.
Si tu souhaites connaître les autres catégories : Romance Historique, Romance Contemporaine… n’hésite pas à te balader dans “Amour à lire“, rubrique “Services Presses” 😉 !

Si tu souhaites découvrir la première partie (lectures 2020), c’est par ici : et la deuxième partie (2021), ici :

RAPPEL : les avis que tu liras n’engagent que mon cœur, mon âme, mon ressenti et mes émotions. Tu n’es pas obligé.e d’être d’accord et je t’invite avec plaisir à partager les tiens en commentaires 🙂 !

Les livres sont présentés par ordre chronologique de lecture.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Le partenariat de Cupidon
Charlène Gros-Piron

Résumé :
Nous sommes le jour de la Saint-Valentin et la pauvre Jessica vient de se faire larguer par SMS. Elle qui croyait enfin avoir droit à l’amour et au bonheur voit ses espérances s’envoler… Le cœur gros, elle maudit le 14 février et Cupidon en particulier. Elle ne s’attend absolument pas à ce qu’une fée masculine apparaisse à côté d’elle, en plein cœur de Montmartre, prêt à lui faire la leçon. Mais quoi ? On n’insulte pas Cupidon le jour de la Saint-Valentin, voyons !
La voici désormais liée pour une année. Elle devra répandre l’amour chaque fois qu’elle le pourra. Célian, la fée, devra en contrepartie lui faire retrouver la foi en l’amour avant minuit. Du moins, était-ce prévu ainsi…

— AVIS

A la lecture du résumé, je ne m’attendais pas à vivre une expérience aussi… “décalée”.
Néanmoins, cette nouvelle recèle de qualités très charmantes !

Donc, oui, j’imaginais les choses autrement, surtout au niveau de la romance.
Certes, ce n’est pas mon histoire mais avec les éléments clés, je l’aurais joué autrement. Ce qui constitue le milieu de la nouvelle aurait été sympa à la fin (charge au lecteur de s’imaginer la suite), car “clore” plus tôt le chapitre des sentiments et créer du conflit / des embûches (même cohérents, comme ils l’ont été ici) pour tenir jusqu’à la fin ne m’a paru judicieux pour la romance.
/!\ SPOIL /!\
J’aurais préféré que “la perte de mémoire de Jessica” dure plus longtemps à la suite de la Saint-Valentin. Qu’on la voit répandre l’amour (ou non) un moment avant que Célian ne revienne dans sa vie. Qu’il l’observe de loin et en silence plus longuement.
Qu’elle tente aussi réellement l’aventure avec Roméo pour se rendre compte que non ce n’est pas lui, il y a quelqu’un d’autre dans son cœur et son esprit dont elle n’arrive pas à se défaire plutôt que des brefs retrouvailles sur un trottoir.
Que leur baiser arrive vraiment à la toute fin, et que le “après” (la décision que doit prendre le couple) soit présenté en épilogue.

/!\ FIN SPOIL /!\
Oui, bon, c’est mon côté “intransigeance romance” qui parle.
Car d’un point de vue global, “Le partenariat de Cupidonse révèle être une très belle histoire d’amour, bien imaginée avec une morale et un message très touchants.

L'auteure est allée au bout de son idée d'univers décalé et s'est éclatée à le faire.

De plus, je ne m’attendais pas à tomber dans un monde fantastique aussi excentrique. Personnellement, je n’y ai pas plus que ça adhéré, mais je salue l’auteure pour son côté “bosseur”. Elle a su créer son univers, ses codes, sa structure. J’en ai apprécié le dynamisme dégagé, sa touche d’humour ainsi que, bizarrement, la “cohérence” de son imagination. L’auteure est allée au bout de son idée d’univers décalé et s’est éclatée à le faire. Et ce plaisir s’est senti à travers des lignes.
Oui, je n’y ai pas été sensible, mais je ne peux que saluer son travail là-dessus.

Pareillement, si je prends le récit d’un point de vue plus impartial et global, il est original et très bien rédigé. Charlène emmène avec facilité le lecteur dans son univers (la sensibilité et le goût du fantastique pour y adhérer dépendent de chacun). En plus de proposer une structure solide sur le fond, l’auteure gère tout aussi bien la forme. L’écriture est adroite, fine et joviale.
Il n’y a qu’une chose qui m’a titillé : le “quatrième mur” qui tombe (ouais, encore lui ^^). J’en ai déjà parlé dans ma chronique n°2 (à retrouver ci-dessus), donc je ne m’étalerai pas plus. Ici les “Que le lecteur n’aille pas croire que” / “le lecteur apprendra plus tard” m’ont un peu horripilée. Mais, dans ce récit, je les ai trouvés moins grinçants. Comme la narration se faisait avec un air de “contes et fables”, je peux éventuellement les comprendre.

Pour conclure, même si j’avais imaginé une romance s’animer différemment et un univers fantastique… Disons plus “sage”, j’ai passé un bon moment de lecture. Encore une fois, ce qu’est mon ressenti. Peut-être que toi, tu t’éclateras dans le monde de Cupidon !
En tout cas, Charlène y donne tout son cœur, et c’est ce que j’apprécie le plus chez un auteur.e. Quand bien même c’est insensé, excentrique, l’auteure fonce, se donne les moyens de construite une structure stable auquel se maintient une romance adorable. Et c’est, en plus, très bien écrit.

Ce n’est pas un coup de cœur pour les raisons évoquées, mais “Le partenariat de Cupidonest un petit bonbon, un moment de douceur, de romantisme et de “mignonnerie”.
Ce serait dommage de s’en priver.

Merci beaucoup à Charlène pour sa confiance. 🙂

Conclusion : J’aime… Beaucoup

Avis publié en Février

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Les âmes enchaînées, tome 2 : Possession
Eléonore Marco

Afin d’éviter tout spoil, tu peux retrouver le résumé de “Les Ames enchaînées, tome 1 : Obsession“, ainsi que mon avis juste ICI. 😉

— AVIS

Une chose est claire : je suis une fan absolue de la plume d’Eléonore Marco. Elle pourrait écrire une histoire d’amour entre une chaise et une table, je la trouverais passionnante. Sa plume vivifie la romance et la transforme en drogue forte.

De ce tome 2, j’ai grandement apprécié mes retrouvailles avec les protagonistes Jeanne et Louis. Leur amour m’ensorcèle. Je fonds quand je lis leurs péripéties et je suis troublée par ce lien, cette connexion puissante d’amour qui les unit. Pas besoin de répéter inlassablement, comme dans d’autres romances “ohlala, c’est la première fois que je ressens ça pour quelqu’un“, ce sentiment t’électrise par le comportement des héros, les situations et les mots choisis par l’auteure. Et c’est en ça que j’apprécie davantage une romance. Quand le “Show/ don’t tell” est brillamment mis en scène.

J’ai néanmoins ressenti un petit bémol avec le fantastique dans cette suite. Je lui reconnais son utilité pour le côté “suspens”, mais moins pour le côté “obstacles” de la Romance qui a été, pour moi, un peu trop… “WTF“.
Dans le premier tome, je l’avais beaucoup, beaucoup apprécié.
Mais là, j’ai senti qu’on voulait aller plus loin… “trop” loin peut-être dans le genre.
Il me reste des questions sur le bras avec des moments que je n’ai pas compris. J’aurais préféré qu’on garde la lignée fantastique présente dans le premier tome, avec ses histoires de fantôme et de famille “classiques” plutôt que ce chemin un peu… “tordu”.
De plus, la résolution des deux tomes m’a laissée sur ma faim, je m’attendais à quelque chose de plus romanesque.

En conclusion, j’ai été moins éprise par ce tome 2. Le fond, cette fois, ne m’a pas autant plu que je l’espérais. “Possession” reste tout de même une bonne suite dans sa globalité et n’enlève en rien le talent d’Eléonore Marco pour la romance.

Un énorme merci à Eleonore Marco pour sa confiance. 🙂

Conclusion : J’aime… Passionnément
♥♥

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

La cité d’émeraude, tome 1 “L’Institut
Sabine Loppe

Résumé du tome 1 :
Planète Cyria, Lune 153
Boursière dans le prestigieux Institut de la cité d’émeraude, Chani Erati est bien décidée à se démarquer dans cet établissement d’élites et à changer le système mis en place pour les communautés de l’île.
C’est sans compter sur sa rencontre avec Iman et Hash, deux Élus de la cité, amis d’enfance mais rivaux à présent.
Si elle se rapproche d’Iman, son ange gardien aux yeux verts, elle n’en est pas moins déstabilisée par le regard ténébreux et envoûtant de Hash.
Son cœur va devoir s’accrocher aux montagnes russes sur lesquelles elle vient de monter.

— AVIS

TOME 1

Ca faisait longtemps que je n’avais pas autant accroché à un Youg Adult ! J’ai frôlé le coup de cœur général… A deux détails près.

Je vais commencer ma chronique par le positif. Et… En fait, c’est quasiment tout.
Ce premier tome prend vie avec des ingrédients familiers et pourtant, j’ai été conquise par tout : l’environnement, les intrigues, cette atmosphère palpable qui monte, la manière dont les éléments se mettent en place, la tension dans la romance, les personnages cohérents et alignés avec le récit…
Le récit tire sa richesse dans l’organisation de tous ses composants et du suspens qui en jaillit et l’addiction que cet ordre entraîne.
La romance YA est c’est ce que j’ai préféré. Bravo à Sabine Loppe pour l’avoir si bien travaillée ! Taillée et polie avec beaucoup de finesse et d’adrénaline, elle kidnappe nos héros, entrave avec brio les autres intrigues, s’anime, questionne, palpite, joue, enflamme, trahit… Bref, tout ce que j’attends d’une romance dans ce genre de récit.
J’ai été à fond dedans rapidement et impossible de m’arrêter avant la fin, les 50 dernières pages entamées.

Mais, mais…On arrive aux “deux détails près” qui pèsent un peu dans la balance de mon ressenti.
J’aurais voulu un peu plus de mise en situation au début. On rentre trop vite dans le vif du sujet, sans un minimum de préparation au préalable. C’est comme si le film “Hunger Games” débutait avec Katniss dans l’arène, prête à se battre, sans qu’on nous explique au préalable ces histoires de districts, le but des Hunger Games, le Capitole…
J’aime découvrir l’univers dans lequel nous sommes plongés tout en ayant un peu d’action mais là j’avoue qu’il y avait un peu trop d’actions et pas assez d’éléments explicatifs.
Par exemple, c’est en copiant / collant le résumé pour ma chronique que j’apprends que nous sommes sur une autre planète et qu’il s’agit de science-fiction. Sauf erreur de ma part, le nom de cette planète n’est pas mentionné au sein du récit (ou alors, mea culpa, je n’ai pas retenu le passage) et les éléments de l’histoire avaient plutôt tendance à être dystopiques.
Certains détails / explications importantes pour la compréhension arrivent, mais tardivement, peu nombreuses et pas assez enrichies à mon goût pour un tel récit.

L’autre point est que la narration va beaucoup trop vite. J’ai la sensation d’avoir lu le synopsis de la vraie trilogie et pas un “vrai” premier tome complet. Bien que l’écriture est saillante et prenante, les idées, harmonieuses et fournies, il m’a manqué des pages.
Ce n’est pas précipité, juste que beaucoup de scènes ont été ellipsées et auraient mérité plus de descriptions, de profondeur, d’explications.
Ceci dit, je trouve que ça s’applique plus pour tout ce qui gravite autour de la romance, qu’à la romance elle-même. Cette dernière, d’habitude tributaire du rythme et de l’avancement des intrigues principales, a réussi à sortir son épingle du jeu et à vivre finalement sa vie sur un tempo très attractif.

En résumé, c’est un gros coup de cœur pour le fond (et la romance !!) mais la façon très rapide d’exposer les choses et le manque d’informations générales (surtout pour un récit de ce genre) m’ont laissée sur ma faim.

Je reste cependant curieuse de la suite parce que ce cliffhanger à la fin du tome 1… Ouhao !!

♣ ♣ ♣

TOME 2

Je ressors de ce tome 2 avec le même ressenti que le tome 1. J’y retrouve les mêmes qualités et le même petit défaut : un fond génialissime et complètement addictif, qui m’électrise et frôle le coup de cœur… Mais un format qui va beaucoup trop vite à l’essentiel pour moi.

Sabine a vraiment de très bonnes idées et une plume saillante. Les actions sont bien menées, les retournements de situations, bien trouvés. Ils bousculent le cours des choses sans aucun état d’âme et toujours au bon moment, pillant au passage notre angoisse, provoquant du suspens, des interrogations et de la tension dans la Romance (et ça, ça me plait de fou !).
Sur la nature des intrigues, je n’ai à redire, l’histoire est dingue !

Oui, mais…

On ne prend pas le temps d’établir une mise en scène, que déjà les héros sont venus, ont fait leurs actions et sont repartis aussitôt. Il manque des petits détails et des temps de récupération. Je me dis que ce n’est pas pour rien si les récits YA qui marchent le mieux en librairie sont de sacrés pavés. Il est aussi important, je trouve, d’insérer de petites choses qui peuvent sembler insignifiantes de premier abord mais qui en diraient finalement long sur d’autres aspects et d’étirer le temps afin de se délecter de toutes les actions.
/!\ SPOIL /!\
Exemple : Vers le début, Chani quitte l’Institut et retourne chez elle, dans une autre contrée du pays. Elle arrive, prend son père dans ses bras et sa mère la questionne sur une action qui s’est déroulée plus tôt. Puis elle mange et part se coucher. Fin de journée.
===> On n’a pas pris le temps de nous détailler (ou nous le redire) si la gare est proche / loin du domicile de l’héroïne, par exemple. Sont-ils allés à pieds ? En voiture ? En autre/ nouveau transport en commun ? C’est son père qui l’accueille à la gare, mais est-ce que sa mère était là aussi ou elle pose ses questions une fois que Chani et son père sont rentrés de la gare ? Qu’est-ce qu’elle mange, lors de son dîner ? De la nourriture classique car ses parents, dans ce monde-ci, ont assez d’argent pour s’en procurer ? Ou au contraire, c’est toujours la même chose et un peu ragoûtant ? Est-ce de la nourriture génétiquement modifiée, peut-être ? Est-ce que d’ailleurs la nourriture dans cet univers manque ou ce n’est pas quelque chose de problématique ?
Idem, le lendemain arrive directement sur un dialogue entre Chani et sa mère. Et puis Chani s’exclame d’un coup “Papa, tu es debout aussi ?”

==> Juste avant, j’aurais aimé qu’on dise que l’escalier craque sous le poids des pas d’une personne qui descend (on ne sait d’ailleurs pas si les maisons sont sur plusieurs étages ou plein pieds) ou qu’une porte s’ouvre. Ou bien encore, Chani sursaute quand elle voit son père car elle ne l’a pas entendu arriver.
Je trouve d’ailleurs qu’étoffer un peu et étirer le temps qui passe aurait bénéfique dans deux situations précises dans ce tome :
– La fois où Chani tombe malade et doit être hospitalisée. Super bonne idée pour déclencher un plot twist intéressant mais ça tombe un peu subitement et c’est décrit en seulement quelques pages…
– Chani et son expérience avec la chamane. Idem, ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, cette histoire.

/!\ FIN SPOIL /!\

Néanmoins, je m’incline encore une fois face à la Romance qui joue sa partition avec une éclatante sensibilité et perfection. Les sentiments sont très bien dépeints, et bien accordés pour un récit Young Adult.

Ce n’est que mon ressenti et ça ne m’a pas empêché d’enchaîner les pages. Je me dis juste que si ce récit était fleuri de ce genre de détails et d’un peu de temps de pause entre les actions, les révélations et les retournements de situation, le coup de foudre pour cette trilogie aurait été SIDERAL !

Et ce sera la même conclusion que le premier tome : Malgré la vitesse à laquelle tout va, je suis accroc à cette trilogie et j’ai vraiment trop, trop hâte de connaître la suite !!

Un grand merci à Sabine Loppe pour sa confiance. 🙂

Conclusion : J’aime… Passionnément
♥♥

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Un lien au-delà
Sophie Cortada

Résumé :
À peine sortie d’une dépression, Lily croit devenir folle. Elle commence par faire des cauchemars à la netteté dérangeante, puis la télévision et la radio s’allument d’elles-mêmes… et voilà qu’à présent elle perçoit une présence ! C’en est trop pour elle. Pourtant, lorsque les signes se précisent davantage et forment une curieuse piste, la jeune femme décide de mener son enquête avec l’aide de son amie et patronne, la flamboyante Catherine. Elle veut des réponses. Pour cela, elle devra découvrir l’identité de l’homme qui hante ses rêves, et, plus important encore, son secret. Commence alors une course contre la montre effrénée, dont l’urgence la dépasse. Ses investigations la conduiront jusqu’en Allemagne du Nord, où les révélations qui lui seront faites transformeront à jamais sa vie. 

— AVIS

Au vu de son résumé, la période d’Halloween me semblait être idéal pour lire “Un lien au-delà“. Mais les 600 pages et le temps de lecture de chaque chapitre (entre une demi-heure et une heure chacun, quasiment) ont eu raison de ma motivation. Prise par d’autres délais plus serrés, je stoppe ma lecture… Que je finis par reprendre, entrecoupée d’autres services de presse (un ou deux chapitres de “Un lien au de-là“, puis un nouveau SP et ainsi de suite)…
Au total, j’ai lu ce roman sur une période de 5 mois. Pas très pro de ma part, je le reconnais.
Là où je veux en venir est que, même en l’ayant lu d’une manière aussi décousue, jamais je ne me suis retrouvée perdue. Quand je reprenais ma lecture, je savais où j’en étais. Je me souvenais très bien de l’identité des protagonistes, leur passé et le suspens sur lequel je les avais laissés.

C’était à la fois la force… Et la faiblesse de ce récit.

C’est grâce, en grande partie, aux détails “poussifs” que je réussissais à me remettre facilement dans l’histoire. Le moindre dialogue, la moindre parcelle de passé, de pensées et d’actions de nos héros étaient mis en scène.
D’un côté, cela m’a permis d’établir une réelle connexion avec les personnages. J’ai appris à bien les connaître et à éprouver une grande empathie pour chacun d’entre eux.
D’ailleurs, chapeau à Sophie Cortada qui a su dépeindre, avec une finesse exemplaire, le moindre trait de chacun de ses protagoniste. Homme ou Femme ; ado, adulte, enfant… Chacun avait une voix qui lui était spécifique et réaliste.
J’ai réellement apprécié suivre leur destin, connaître leurs tracas, être peinée face à leurs déceptions, savourer leur joie et les accompagner dans leurs recherches. Je les ai suivis, avec grand intérêt, sur différentes timelines, sur des mois, des années sans m’en lasser.
Mais ça a desservi la finalité de toute l’histoire.
En effet, lorsque j’ai lu la dernière page, je me suis dit, le cœur serré : “Ok… tout ça, pour ça“.
Après avoir lu, vécu, ressenti tout un tas de choses “détaillées” avec ces personnages, je m’attendais à une fin plus prenante, plus grande, plus pertinente, plus… Passionnante. Celle proposée n’est pas du tout dénuée de cohérence, loin de là, mais elle n’a pas comblé les attentes que je m’étais imaginé.

Et surtout, j’ai trouvé le rythme très lent.

Oui, il est vrai, l’auteure décrit avec beaucoup de soin tous les éléments qui font vivre le récit. En plus des personnages et de l’histoire bien structurés, je dois bien avouer que la description des lieux et des aspects (faits et décors) historiques étaient bien travaillés et immersifs. La touche d’ésotérisme et de fantastique ont également agrémenté le récit d’une pointe de charme et d’intérêt. Ils étaient, en plus, bien relatés.

Mais les “carences” du fond prennent leur origine dans la forme.
L’histoire aurait gagné en respiration si plusieurs scènes et pans d’histoire avaient été ellipsés. Je pense notamment au début de vie de Paul et Jeanne, pour lequel un simple résumé aurait pu suffire plus loin dans le récit (et ç’aurait d’ailleurs pu créer un réel suspense !).
Parfois aussi, les dialogues étaient trop étendus inutilement. Enormément d’échanges se passaient ainsi (exemple) : “Bonjour monsieur, que puis-je pour vous” “1 baguette, s’il vous plaît” ” Très bien 90cts, s’il vous plait.” “Tenez, merci monsieur le boulanger.” “Merci à vous, mon bon monsieur. Belle journée.” “Merci. Belle journée à vous aussi, au revoir”.
Honnêtement, dans la majorité des cas, un simple “X est allé à la boulangerie” était amplement suffisant dans l’avancée des intrigues.
Et les chapitres étaient trop longs.

Néanmoins, malgré une fin un peu décevante et une forme lourde à mes yeux, le chemin parcouru était pourvu de charme et d’intérêt. Je ne saurais choisir mon personnage préféré parmi tous, ni un moment précis. Je n’ai pas relevé la romance, car elle colle parfaitement avec le reste des intrigues. Soignée sans grande “explosion de passion”.

En résumé, “Un lien au-delà” a un petit goût de saga familiale intrigante et bien menée, à qui il manque juste de l’équilibre.

Un grand merci à l’équipe de Librinova pour leur confiance, l’envoi de récit et leur patience.

Conclusion : J’aime… Beaucoup

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Le songe de Pandore” – Le Cycle de Taramanda, tome 2
Violaine Darmon

Résumé :
L’empire mythique de Taramanda est tombé aux mains des cruelles Amazones. Raphaël, jeune artiste ignorant tout de ses origines, voit son destin bouleversé quand disparaît sa cousine, la mystérieuse Pandore.
Commence alors pour lui une odyssée périlleuse qui le mènera aux confins du monde connu.
L’étrange princesse Sapho l’aidera-t-elle dans sa quête, ou sera-t-elle sa plus farouche adversaire ?

Tu peux retrouver mon avis sur le tome 1 juste ICI

— AVIS

Je suis de nouveau époustouflée par Violaine Darmon. Sa plume possède un charme fou auquel nul ne peut résister. Elle virevolte, pique, caresse, tambourine la fragrance de son univers fantasy. Tout est minutieusement choisi, façonné pour répondre à l’exigence du genre, tout en laissant parfois, la douce vague de la magie faire son œuvre.
Je me demande même comment tout ce récit sort de son imagination, tant il est spectaculairement mis au point.
De la destinée de ses héros, de ces différents paysages, des unions crées et déchirées, des actions, des descriptions, Violaine ne laisse rien et surtout pas le hasard.

Comme les plus grandes sagas fantasy, “Le cycle de Taramanda” nous emmène sur les traces de plusieurs personnages, qui grandissent et vieillissent loin des autres pendant des décennies, sans connaître les liens qui les unissent (ou si, mais doivent garder le secret)… Liens qui se dessinent au grès des réconciliations, rencontres et trahisons.
On suit avidement l’histoire, impatient de connaître leurs réactions, tombant des nues quand un sacré retournement de situation nous est projeté au visage, tremblant de peur, émerveillé, heureux, bouleversé par le destin qui semble échapper à tous (hormis peut-être à Violaine).

Dans “Le songe de Pandore“, rien n’a été épargné à nos héros. Les descriptions et actions s’enchaînent à un très bon rythme, scintillant toujours d’un vocabulaire et d’une écriture éclatants. Pourtant, je dois avouer avoir été plus touchée par le destin des héros (passés) de Taramanda du tome 1 que ceux présents ici. Sûrement pour le côté “histoire d’amour / Romance”, qui, je trouve, a eu une place plus prépondérante précédemment.
De plus, j’ai eu un peu de mal à faire le pont avec le premier tome. Lu il y a deux ans, ma mémoire m’a fait un peu défaut. Mais replonger dans l’univers de Violaine fut tellement jouissif, et les retrouvailles avec certains personnages emplies d’une certaine émotion, que j’ai reconnecté quelques trains en route et ai pris plaisir à lire le reste de leurs aventures.
Mais, d’un point de vue objectif, ce tome 2 est une suite impeccable.

En tout cas, si le fantasy est ta passion -en plus de la Romance -, “Le cycle de Taramanda” devrait assouvir ton appétit ! Moi qui n’y suis pas très friande de base, l’auteure a une telle capacité pour captiver les lecteurs que j’ai bu son histoire et y ai même pris goût.
Je vais d’ailleurs essayer de reprendre mes esprits et revenir à la vie réelle, tant mes pensées divaguent encore là-bas, coincées entre l’île d’Hécate, Cachemire, Raphaël, Sapho…

Un grand merci à Violaine Darmon pour sa confiance. 🙂

Conclusion : J’aime… A la Folie
♥♥♥

A suivre…

La Romantique éperdue ♥

1 commentaire

  1. Coucou, je te remercie du fond du coeur pour cette chronique détaillée et franche.
    Effectivement, cette trilogie est une romance sur un fond de science-fiction. Je distille les informations petit à petit. J’aime démarrer dans une scène d’action où directement on plonge dans l’histoire avec nos personnages principaux et réaliser des flashbacks qui nous expliquent pourquoi on en est là. Les deux prochains tomes donneront davantage d’informations sur les autres communautés et les desseins des personnages. Mais, même si cette trilogie comporte son lot d’intrigues et de trahisons, c’est avant tout une romance, avec un triangle amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Entrez Captcha ici : *

Reload Image