Amour à lire Services Presses

Services Presses : les éditions Livresque, part.2

Mon partenariat avec la maison d’édition Livresque s’étalant sur l’année 2021, tu retrouveras ici toutes mes chroniques faites cette année. 🙂
Pour retrouver la première partie (les avis 2020), c’est par ICI.

Comme pour tous mes articles sur des avis lectures, ces derniers ne concernent et n’engagent que moi (ainsi que mon cœur et mon âme).

Un grand merci aux éditions pour leur confiance 🙂 !

Clique sur l’image pour accéder au site internet de la maison d’édition.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Derrière les voiles
Clotilde Boré

Résumé : Les frontières entre les dimensions vacillent, le destin est en marche. Les divinités ont placé leurs pions sur leur grand échiquier astral. Elle, princesse rebelle qui ne rêve que d’aventures et d’indépendance. Lui, seigneur de guerre loyal, arrogant et impitoyable. Leurs natures s’opposent, comme leurs cours depuis des temps immémoriaux, pourtant les oracles ont parlé, ils doivent s’allier pour la survie de tous. À travers cette union arrangée, Sharanna et Gehëan vont devoir s’apprivoiser afin de respecter la volonté des dieux et faire face à la menace qui gronde. Ils se méprisent et se provoquent, se défient et s’attirent. L’ombre et la lumière. L’innocente et le tentateur. Le nocturnin et la luciole. Derrière les voiles, Destinée a tracé sa toile. Bientôt, la vie et la mort danseront sur le champ de bataille.

~ AVIS ~

Je dois bien avouer que le résumé me faisait frémir d’envie. Pas tant sur la partie fantasy (tu commences à me connaître 😉 ) mais sur la suite. Dès que le texte a pris le chemin de l’histoire d’amour, je me suis dit “Là, il faut que je le lise”.
Et… WOW ! Bon sang que j’ai bien fait !

J’ai reçu une véritable soufflante !
Une fois la lecture débutée, je n’ai pas vu les heures défiler, ni n’ai fait attention à tout ce qui m’entourait. J’étais immergée dans ce monde fantasy, en compagnie des elfes et de leur cour, de ces oracles mystérieux et surtout, de cette délectable romance qui se joue entre Sharanna et Gehëan.

J’ai été envoûtée par cet environnement aux contours minutieusement dépeints. L’auteure prend soin de ne pas partir loin dans les descriptions de son univers, assez pour que nous y soyons plongés, assez pour être alpagués par ses intrigues et pour être sous le charme de tous ses personnages, sans jamais voguer sur des tonnes de descriptions irrespirables. Peut-être que les grands fans du genre seront déçus du manque d’éléments débordants de fantasy (Ici, l’univers est “basique”), mais pour moi, peu familière avec le genre, j’ai pris connaissance des lieux et des personnages avec facilité et les ai grandement appréciés.

Derrière les voilesest un roman brillant, très palpitant, au rythme fou et vif.
Le dosage des descriptions du monde fantasy, des problèmes politiques et de guerres, mêlés à ces énigmatiques présages et à la romance, est ultra bien maîtrisé, donnant au récit une multitude de facettes.
J’ai été emportée par tout, et c’est le genre de roman qu’on n’abandonne pas avant d’avoir fini.
La prestance des personnages est incroyable. Sharanna et Gehëan, nos héros, sont fascinants. J’ai pris plaisir à les rencontrer, à connaître leurs pensées et leurs secrets et à les voir évoluer. Surtout Sharanna, qui a un arc narratif intrigant et super intéressant. J’ai tout adoré chez elle.
Quand à Gahëan… *Alerteincendie*. Quel charismatique personnage ! Ses émotions sont finement décrits et il m’a subjuguée du début à la fin.

J’en viens donc au point le plus… magique : La Romance !
Ici, l’histoire d’amour prend en otage ses héros, devenant un aimant au magnétisme surprenant et pour laquelle je suis tombé amoureuse. Amoureuse des tournures prises, de l’évolution de leurs sentiments, des ressentis de nos héros, décrits avec des mots fins et justes et dont la structure parfaite ajoute de la fascination à l’ensemble de la romance. Mais aussi amoureuse du début tumultueux, de cette étrange attirance, de ces tentatives d’approches et de ces répliques cinglantes.
Cette historie d’amour s’est insinuée avec aisance au cœur des autres intrigues fantasy et politiques. Elle a son rôle à jouer, tout en s’additionnant et en se transformant en obstacle sur les autres genres du récit.
J’ai tout aimé, bu, avalé sans y trouver à redire.
Et c’est EXACTEMENT ce genre d’excitation, de palpitations, de “hiiii” contenus que je veux ressentir à chacune de mes lectures.

La plume de Clotilde Boré est captivante. Elle appose, à son récit, des mots pertinents, des répliques implacables et des descriptions au moment idéal. Une sacrée belle découverte !

Mais il y a un point où je n’arrive pas à me mettre d’accord.
En effet, la manière “rapide mais non précipitée” de ce premier tome est à saluer. L’auteure, dans ce tome 1, pose ses stratégies et ses pions avec finesse. Il fallait que le lecteur ait aussi des réponses à ses questions posées de-ci de-là, sans oublier la suite à préparer.
C’est rapide et efficace.
Cependant, j’aurais voulu que tout s’allonge, “s’effiloche” un peu et prenne plus de place. Qu’on savoure tout, qu’on se délecte de tout, encore plus. Tout est un peu trop condensé dans ce premier tome et je trouve que certains points auraient mérité plus de lumière et plus de temps à se dénouer. J’aurais, par exemple, aimé savoir ce qu’il est advenu des protagonistes du second mariage célébré (un peu trop vite effacé, à mon goût), de connaître davantage l’action, les buts des danseuses de la déesse Velma, et surtout la “grosse action” vers la fin m’a paru avoir été “trop facilement” réglée.
Mais peut-être ces points seront abordés dans le deuxième tome, puisque rien n’est totalement joué à l’issue de ce tome 1.

En bref, et tu l’auras compris, malgré de minuscules points noirs, cette lecture est pour moi, un surprenant coup de cœur !
J’ai hâte de savoir ce que nous réserve Clotilde Boré pour le tome suivant. 🙂

CONCLUSION : J’aime… A la folie
♥ ♥ ♥ ♥

Avis posté en Janvier

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Si tu m’entends
Sandra Léo

Résumé : Jullian était respecté par ses semblables, il se voyait déjà promu au grade supérieur.
Sa rencontre avec Chloé, sa dernière protégée, va tout remettre en cause et va faire naître en lui une attirance insoupçonnée.
Et s’il remettrait tout en cause par amour, serait-il prêt à en payer les conséquences ?

~ AVIS ~

Si tu m’entends” part d’une très bonne idée. Nous sommes dans une belle romance aux contours fantastiques intenses mais très bien cadrés.
Cependant, j’ai trouvé l’ensemble du récit… maladroitement narré et trop court.

Au début de ma lecture, j’ai apprécié le côté organisé du roman. C’est clair, net et précis. Nous découvrons, chapitre par chapitre, le personnage principal avec sa situation initiale, puis l’élément déclencheur et la quête ainsi que les personnages secondaires qui viendront, à leur tour, rythmer l’histoire. C’est tellement bien structuré que nous sommes plongés dans le récit assez rapidement et facilement.
Mais au fur et à mesure, tout devient… bancal et précipité. Les dialogues ne correspondent pas forcément avec la description faite du personnage, les verbes de paroles ne sont pas les plus judicieux et surtout, l’action souffre d’un manque de concentration et d’une rapidité foudroyante. A peine un suspens créé, qu’il s’avanouit aussitôt. A peine une action lancée que cette dernière s’éteint et une autre se met en route.

L’intrigue générale présente beaucoup de maladresses.
Il m’a manqué des éléments, des indices tout le long du roman. Beaucoup d’explications tombent un peu comme un cheveu sur la soupe, certains événements et de retournements de situation sortent de nulle part (notamment le méchant). Les embûches sont facilement surmontées et le méchant, trop aisément battu.
Je n’ai pas non plus ressenti, la peur, l’angoisse dans les moments où il le fallait… (Encore une fois, dû à ce sentiment de précipitation).

Hélas, la romance a cette même saveur “maladroite et précipitée”. Nous partons sur une idée originale, aux allures d’une passion fulgurante et d’une histoire d’amour romanesque. Sur le papier, c’est ce qu’il est tenté d’être fait. Mais je n’y ai pas cru. J’ai eu du mal avec ce côté “Non, je ne tomberai pas amoureux.” à “Oh ! Je suis fou amoureux, je l’aime”.
Le basculement est trop brusque.
Ce n’est pas parce que des personnages échangent un baiser, voire plus, qu’on ressent cet amour indestructible qui les unit. Ici, j’ai manqué de sentiments, de palpitations… Tout va beaucoup trop vite pour qu’on s’attache à ces amoureux. Mon cœur n’a pas tressauté, ne s’est pas envolé en mille pétales pour la moindre interaction entre les protagonistes. Pourtant, tout y était : Les anges ont interdiction de “fricoter” avec les humains. Jullian est un ange droit, qui respecte les lois. Il suivait sa protégée depuis un moment, sans jamais faillir au règlement. Mais on lui ordonne d’aller beaucoup plus loin et le voici proche de Chloé. Il aurait pu y avoir tellement de descriptions, des petits notes de papillons dissimulées par-ci par-là juste avant LA scène. Mais comme tout le reste du roman, c’est arrivé précipitamment et sans finesse. :/

Pour moi, l’ensemble du roman aurait dû être allongé, retirant ce sentiment de rapidité. Et l’intrigue, mieux “recousue” pour être moins maladroite. Qu’on passe plus de temps sur chaque étape, chaque action, qu’on se délecte du suspens et de la romance. Et surtout, il aurait fallu davantage d’indices éparpillés afin que le lecteur, mis trop à l’écart du récit, puisse les analyser et les relier ensemble de lui-même et se dise “MAIS OUII!” lors d’une révélation. Ici, un seul élément est donné, comme si ce dernier pouvait justifier l’entièreté d’un rebondissement et j’ai trouvé ça tellement dommage.

Cependant, je ne déconseille pas foncièrement ce roman. Il se lit, du coup, très rapidement et je reconnais également que le roman est addictif, car je suis allée jusqu’au bout, sans m’ennuyer (certainement le positif du côté “précipité”). La partie cadrée du récit met en valeur avec précision le début, le milieu et la fin de l’histoire. Se sentir porté ainsi facilement est toujours agréable. 🙂

Je te laisse te faire ton propre avis si tu souhaites découvrir cette romance fantastique. 🙂

Conclusion : J’aime… Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Janvier

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Emilie et la favorite du roi
Linda Sayeg

Résumé : 1746. Deux femmes des Lumières aux caractères opposés sont amies envers et contre tout. La première, Jeanne-Antoinette de Pompadour, est ambitieuse. Louis XV vient de l’imposer comme sa favorite à la cour. La seconde, Émilie de Beaumont, n’aspire qu’à vivre paisiblement entre son mari, homme moderne et secret, et leur fille.
En voulant épauler la marquise de Pompadour dans sa difficile intégration à la cour, Émilie se crée de féroces inimitiés. Quand elle touchera bien malgré elle le cœur d’un haut personnage, elle devra affronter des adversaires impitoyables en même temps que son tragique passé.

~ AVIS ~

Emilie et la favorite du roi” n’est pas une romance, mais un roman historique. Je préfère prévenir maintenant, le taux de romance, dans ce récit, est plutôt faible.
Et c’est un petit regret que j’ai, je l’avoue. Mais, heureusement, cette histoire possède tellement de qualités que de la juger uniquement sur le peu d’histoires d’amour qu’elle a serait mesquin de ma part.

C’est donc, en tout honnêteté, une superbe et somptueuse histoire.
Le récit d’Emilie, mais aussi de tous les personnages qui peuplent ce roman est très, très bien écrit. L’immersion historique est impeccable. Pendant ma lecture, par des détails sciemment offerts aux lecteurs, avec des personnages historiques qui ont réellement existé, des décors fidèles, des manières de parler, de penser, d’agir… J’étais au XVIIIème siècle. J’étais à Versailles. J’étais à Paris. J’étais là où les personnages m’emmenaient.
Il n’y a pas de superflu ni de détails trop riches et pompeux, juste ce qu’il faut.

Au fil des pages, j’ai noué un lien profond avec tous les esprits rencontrés. Emilie et La marquise de Pompadour, évidemment. Mais également, Aliénor – la fille d’Emilie, son époux, les amis.es de ces derniers, les “ennemis” de la cour du roi, le roi lui-même, son épouse, ses enfants… Linda Sayeg a pris soin de détailler – toujours dans un dosage millimétré – tout ce millefeuille de personnages à la vie intrigante et palpitante. Qui plus est, le récit se déroule sur plusieurs décennies, nous laissant examiner en douceur tout ce beau monde grandir et/ou vieillir.
Leur destin est décrit avec finesse et c’est vraiment un plaisir de tous les suivre. De voir les gentils avec de vrais obstacles à surmonter, des intrigues dont ils sont des dommages collatéraux, des rumeurs à obstruer, des réputations à maintenir, des amitiés à garder, des jaloux dont il faut se méfier… Toutes ses intrigues emmènent nos personnages sur un autre chemin ou les empêche de terminer dans une quête.

L’auteure a une plume fabuleuse. C’est en grande partie la raison pour laquelle j’ai poursuivi ma lecture jusqu’au bout.
Je le reconnais volontiers, parce que je faisais face à mon bémol de cette histoire : l’ennui. Malgré cette superbe écriture, ces somptueuses descriptions, les différents récits de vie qui animent ce roman, j’ai trouvé parfois le temps long.

Cependant, cet ennui est très, très personnel. Tu sais depuis le temps que ce qui m’accroche dans les lectures, ce sont les romances. Les histoires d’amour qui se construisent. Les jeux de regards entre personnages que je shippe, des situations “de hasards” où le sort se joue de la destinées des futurs amants, d’attirance magnétique, de quiproquos…
Ici, il n’y a … rien. Alors si, quelques petits rapprochements par-ci, par-là, de mariages à entretenir, mais très peu de palpitation. Rien qui ne m’a accroché l’intérêt, excepté une… Et encore. (j’y reviens plus bas).
J’y ai donc cru, au tout début, lorsqu’il est question que le fameux “haut personnage” en posant les yeux sur Emilie, a “les pupilles qui se dilatent” mais tout s’éteint avant même que le feu commence à brûler. J’ai trouvé ça dommage d’avoir essayé d’allumer une lueur de romance, si ce n’est pas pour s’y engouffrer. (et petite incohérence dans mon esprit [ou j’ai pas compris l’explication] : Emilie et la marquise de Pompadour se côtoient depuis longtemps et Emilie lui rend visite fréquemment à Versailles. Comment ça se fait qu’Il ne l’ait jamais remarquée avant ?)
Encore une fois, c’est subjectif. Car si on prend le roman dans son entièreté, avec le caractère de ses personnages et avec une vigilance accrue de l’Histoire de France, bien évidemment que cette romance ne devait pas avoir lieu comme je l’entendais. Quand bien même ce roman est une fiction, l’auteure a tourné son récit de manière à coller au plus possible à la vraie Histoire. Mais, je me suis sentie un peu flouée, car mon petit cœur d’artichaud y a cru longtemps.
Il y a également cette seconde romance, qui a été ma flamme d’espoir. Elle débute par une amitié et finit par éclore en Amour. C’est très fin, subtile, beau et romantique. Surtout, l’auteure arrive à la glisser avec naturel dans le récit, sans entacher les intrigues plus importantes. Je la trouvais exaltante et je l’attendais vraiment à chaque chapitre. Quand j’ai vu le sens que prenait cette histoire, j’avoue avoir senti un regain d’intérêt. Malheureusement, la fin a un peu tout gâcher… Alors que tout montait en tension entre ces deux personnages, que j’attendais de lire LA scène, l’auteure conclut cette histoire en quelques lignes dans l’épilogue. Et j’ai été déçue… ^^’

Mais je dois avouer, que mon esprit s’échappe encore et retourne auprès des personnages. Preuve que ce roman est un art, une “dévotion”, un hommage brûlant à la cour de Louis XV à Versailles.
Le travail de recherches se ressent à travers les lignes. Même si, comme il est indiqué dans les annexes finales, certaines dates ont été modifiées selon les besoins du récit, on se sent dans le vrai. J’ai beaucoup appris, mieux compris certains aspects historiques -notamment le balbutiement de la Révolution, le moyen de commandement à Versailles VS la population, ce roi qui voulait le mieux pour son pays mais coincé avec le règlement qui régit la cour, obligé de jouer également avec les enjeux politiques qui animaient les pays d’Europe de l’époque (guerre, alliances, mariages…).
On percute le pourquoi du comment sans s’en rendre compte. Surtout, aussi, on en apprend davantage au sujet de la Marquise de Pompadour. Je pense qu’à travers les yeux d’Emilie et du point de vue de Jeanne-Antoinette elle-même, l’auteure a voulu lui rendre ses titres de noblesse (sans jeu de mots) et lui redorer son image. C’est aussi un hommage à cette femme intelligente, mais mal-aimée et mal jugée.

En bref, c’est un récit passionnant pour tous les amoureux de l’Histoire et de Versailles. Ce n’est pas ici que tu trouveras le bonheur pour une romance historiques, certes, mais il vaut le coup d’œil si tu es passioné.e par les récits historiques.

Conclusion : J’aime… Passionnément
♥ ♥ ♥

A suivre

La Romantique éperdue ♥

1 commentaire

  1. […] Mes nouvelles chroniques 2021 de cette maison d’édition t’attendent sur le nouvel article par ICI. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 + 30 =