Amour à lire Services Presses

Services Presses : Les éditions Livresque

Dans cet article, comme le titre l’indique, tu retrouveras mes avis sur mes découvertes livresques chez l’un de mes partenaires 2020 : Livresque éditions ! 🙂

RAPPEL: Les avis partagés dessous ne concernent et n’engagent que moi (ainsi que mon cœur et mon âme de romantique).
Si tu as eu l’opportunité de lire un de ces titres, n’hésite pas à partager ton avis en commentaires aux autres Fleurs Bleues qui passeront par là 😉 !

Je remercie une nouvelle fois chaudement les éditions Livresque pour ce partenariat 2020 et j’espère que tu découvriras plein de pépites 🙂 !

Clique sur l’image pour accéder au site de la maison d’éditions

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Monseigneur Blanche
Violaine Jeaneau

Résumé: Blanche, élevée avec son frère et sa sœur dans une ferme de Vessuire, comprend déjà enfant que la société dans laquelle elle vit ne lui convient pas. Malmenée par les gars du village, elle prend une résolution : elle sera un garçon. Adieu les jupes et la soumission !
Justicière, entourée de ses trois compagnons, elle défend les opprimés, notamment de son ennemi juré, Gauthier, qui cherche à l’éliminer.
Un jour, le Prince Louis vient s’installer dans son château et recherche un garde du corps personnel. Il est hors de question que Gauthier soit choisi ! Pour l’en empêcher, Blanche se présente sous l’identité d’Henri, son défunt frère.
Mais quand les sentiments s’en mêlent, Blanche devra faire un choix : pourra-t-elle sauver le Prince en gardant son secret ?

~ AVIS ~

Une romance comme celle-ci, où la fille se travestie, j’en avais déjà dévoré du côté des dramas (séries TV asiatiques. Je te conseille au passage “Hana Kimi”et “Coffee Prince”) et le film “She’s a Man” est un incontournable film de mon adolescence. Ces histoires donnent toujours des quiproquos, des scènes drôles, touchantes, loufoques et toujours ce petit moment troublant pour le héros masculin qui finit par se questionner sur sa propre sexualité.
Lorsque je suis tombée sur le résumé de “Monseigneur Blanche“, mon cœur n’a fait qu’un bond, comme une madeleine de Proust retrouvée après de longues années. Enfin une autre histoire d’amour où l’héroïne joue des apparences et où l’amour finit par lui tomber dessus ! Et là, ça m’était donné sur un plateau d’argent, puisque l’histoire se situe en France, dans l’ancien temps (moi et les romances historiques…. Big Love Story) avec une héroïne digne d’un Mousquetaire de Dumas.
Et bien, je n’ai pas été déçue !

“Mais qui en veut donc au prince ?” Ce fil rouge qui intrigue est mené par Blanche, notre héroïne – une VRAIE – qui défie la loi de la nature pour pouvoir devenir ce qu’elle veut être: Un garçon, beaucoup plus facile à assumer qu’une fille. Une résonance à notre place de femme (bien relevée et posée au détour du roman), surtout en ce temps ancien. Accompagne notre héroïne dans sa quête, un patchwork de personnages secondaires plaisants à connaître : un frère princier haut en couleur (lors de ma lecture, je voyais le Chevalier de Lorraine, personnage extra de la série TV Versailles), des meilleurs amis à faire jalouser les Mousquetaires themselves, des nobles jalouses….
Et ! Que dire de l’histoire d’amour ? Tout ce que j’attendais de ce type de romance. Drôle, touchante, des situations où on a envie de se cacher dans un trou de sourire tellement nous sommes gênés pour l’héroïne, des moments où on a envie de lui hurler ” Dis-lui ! Dis-lui MAINTENANT que tu es une fille !”
Et ce que j’ai apprécié également, c’est que l’auteure aborde les sujets plus terre à terre au sujet de Blanche : la douleur de compresser sa poitrine, notamment y est abordé, nous rappelant les sacrifices que fait notre héroïne pour parvenir à son but.

Un bravo à Violaine Jeaneau pour son rythme soutenu, qui t’emmène direct dans l’histoire sans te lâcher, avec une plume simple et légère. Pas de temps morts, ni de “comblage” abusif.

Bref, si tu aimes comme moi ce genre de romance, je te la conseille à 100%

CONCLUSION : J’aime… Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis initialement posté sur Instagram en Février 2020

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

La duologie “URBAINE 99
Juliette Baron

Résumé du tome 1: 2066.
La Troisième Guerre mondiale a fait s’effondrer les grandes puissances européennes. Sur les ruines de ces pays, une nouvelle contrée a été bâtie : Europae. Des villes tentaculaires rassemblent la quasi-totalité des populations tandis que les campagnes, de plus en plus restreintes, sont devenues des déserts. Les rares habitants de ces étendues vierges ont repris un rythme de vie que l’on pourrait qualifier de « à l’ancienne » et, de manière de plus en plus marquée, deux mondes, deux façons de vivre et de penser, s’opposent, comme deux civilisations étrangères. 
Alix est originaire de la campagne, elle est venue s’installer à contrecœur en ville suite à la mort de son père. Joachim est un citadin-né, fils du richissime Hugues Macclar, entrepreneur influent d’Urbaine 99. Tout les oppose et, en toute logique, ils n’auraient jamais dû se rencontrer. Jusqu’au jour où Joachim, au sortir d’une soirée, renverse Alix avec sa moto. Tous deux gravement blessés, ils se retrouvent liés l’un à l’autre – pour le meilleur et pour le pire.

~ AVIS ~

Tome 1

Comment te décrire la sensation de frustration profonde, du bruit de mon cœur brisé lorsque mes yeux sont tombés sur les pires mots qu’un lecteur puisse trouver : “A suivre” (non, je n’avais pas vu l’écriteau en dessous du titre, précisant qu’il s’agit du tome 1, ni prêté attention au pourcentage de lecture, en bas à droite de ma liseuse ^^).

Ahlalala, mais quelle découverte ! Alors au début, j’étais autant intimidée qu’Alix lorsqu’elle décrit cette immense ville futuriste qu’est Urbaine 99. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, du positif, du “mouais”, du “ah mais c’est nul”.
J’ai fini par me laisser emmener par la superbe et méticuleuse plume de Juliette Baron et… Oh mais ça alors !
Je me suis retrouvée plongée dans l’univers d’Urbaine 99 sans aucune difficulté. L’auteure décrit parfaitement l’univers de cette ville du future, les enjeux, les angoisses de réussite et de bonne réputation, la richesse dégoulinante de certains habitants et cette inévitable fissure entre les riches, les “banlieusards” et les « campagnards ».
J’ai beaucoup aimé le fait que ce futur soit…eh bien plausible. L’auteure n’est pas parti dans des faits dérangés et/ou loufoques. Des avancées technologiques, médicales, de l’urbanisation à profusion d’une ville, des drones, des taxis-volants… tout est bien pensé, décrit aux lecteurs et très « terre à terre ».

Bon et quand est-il de la romance, puisque tu n’es pas ici pour un monde du futur, n’est-ce-pas 😉 ? Eh bien, j’ai été frustrée (dans le bon sens) car PILE au moment où ça devenait très, très intéressant entre Alix et Joachim, le fameux A suivre” m’est tombé dessus, haha. Mais, ça fait partie du jeu de lecteur.
Et finalement, tant mieux. Tant mieux parce que l’auteure a pris le soin et le temps de décrire la naissance de cette relation entre les protagonistes, sur les traces d’un pseudo-mix entre “Cendrillon” et “Orgueil et Préjugés”. Tout accélérer pour donner à nous, Fleurs Bleues, ce que nous désirons aurait vraiment tout gâché. Nous apprenons à faire connaissance et à évoluer avec et entre eux. D’ailleurs, la plume de Juliette Baron a fait des merveilles sur ce côté là aussi ! En plus d’Alix et Joachim, tous les personnages secondaires sont cadrés, bien décrits et on peut aisément se mouvoir entre eux lors de la lecture. Le point de vue à la troisième personne était, ici, une excellente idée et nécessaire. Il aide à s’immerger davantage et la navigation entre les points de vue est aisée.

Je ne sais que dire de plus pour te convaincre qu’Urbaine 99 doit être ta prochaine lecture. Même encore aujourd’hui, quelques jours après avoir fini ma lecture, il m’arrive de me dire “Ah ! Mais il faut que je continue ce livre, au fait !” en oubliant que la suite n’est toujours pas sortie… 🙁

Avis publié en Mai 2020

♣ ♣ ♣ ♣

Tome 2

Quel bonheur de retrouver l’environnement familier d’Urbaine 99 ! Comme lors du premier tome, j’ai tout de suite été emportée par la fine écriture de Juliette Baron et les intrigues rudement bien montées, s’imbriquant les unes aux autres avec une facilité déconcertante. L’ensemble est vraiment bien lissé, fluide et cohérent avec des détails subtiles, des dialogues pointus, des personnages bien construits et des descriptions toujours plus démonstratives de cet environnement futuriste.

Ce Tome 2 est divisé en plusieurs parties. Je ne me souviens plus si c’était déjà le cas lors du premier, mais ici, si la partie I suit parfaitement les courbes du premier tome, la partie II donne un nouveau tournant dans l’histoire. Un peu plus rythmée et un brin déchirant, mêlée d’hésitations, de courage et d’abnégation. Je pensais que l’auteure serait allée beaucoup plus loin (un peu comme dans les dystopies américaines) dans cette guerre “Campagne VS Ville”, mais finalement, les frontières de ce combat sont restées saines, réelles et maîtrisées.
L’auteure a, une nouvelle fois, démontré ses talents de narratrice. Je ne me suis jamais ennuyée, j’ai dévoré les pages sans même me rendre compte de leur saveur, emportée par la curiosité de connaître la suite.
J’ai néanmoins ressenti une légère appréhension de quitter l’environnement d’Urbaine 99, au début de ma lecture. Mais ce sentiment s’est apaisé au fur et à mesure, grâce notamment à une fin… Qui ressemble à une vraie fin (que j’ai adorée, car vraiment cohérente avec tout le reste) !

Et, mon gros bonus, j’ai (ENFIN!) retrouvé Alix et Joachim ! Je te laisse les redécouvrir et t’emporter avec eux vers les rudiments de l’Amour, car leur relation ne sera pas de tout repos…
Cette romance – tome 1, comme tome 2 – est une très jolie prouesse. Le rythme est bon, les dialogues savoureux, les sensations réelles et pétillantes, l’adrénaline amoureux qui monte au fur et à mesure, un peu de jalousie, de désir, de quiproquos et de non-dits … ET ! je les ai “shippés” à la mort dès le début. Tous “mes” ingrédients d’une romance bien écrite étaient là et je n’ai fait qu’apprécier cette partie du roman !

Je ne peux que te conseiller ce deuxième tome… Non, carrément la duologie entière, où tout est jeu de finesse, de suspens, d’actions, de courage, d’espoir, d’apprivoisement, mais surtout d’amour et d’amitié dans un monde dystopique.
Rendez-vous en 2066 😉 !

CONCLUSION FINALE : J’aime… Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis publié en Septembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Les Amants du crépuscule” – Contes et Légendes de l’Entremonde, t.1
Guillaume Guégan

Résumé : Guérine est une Vampire, Drésil est un Elfe. Ils s’aiment, mais leurs peuples sont en conflit. Ils vont devoir apprendre à faire face aux coups du sort pour espérer un jour vivre ensemble…
Embarquez pour l’Entremonde, le monde magique, et suivez les Amants du Crépuscule à travers leur récit !

~ AVIS ~

Ici t’est conté en 100 pages la touchante histoire d’amour de Guérine et Drésil. L’auteur te narre cette “légende” comme un conteur d’antan, assis au coin d’un feu, partageant ses points de vue entre deux actions.
Le fait que ce soit une nouvelle ne m’a pas permis de m’attacher corps et âme aux personnages, mais cela ne m’a pas empêchée d’être touchée par le destin de Guérine et Drésil. C’est très bien raconté, je ne l’ai pas lâché une seconde tellement le rythme est soutenu. Le titre a une résonance bien particulière dans l’histoire, et je crois que c’est l‘aspect qui m’a le plus émue. Je n’en dirais pas plus de peur de spoiler.
Il existe un tome 2 que je me tâte à découvrir, ces contes et légendes de l’Entremonde ont l’air d’être un terrain de jeu fantasy inépuisable pour l’auteur ! 😉

Conclusion : J’aime… Beaucoup
♥ ♥

Avis publié en Mai 2020

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Juste ton ombre
Thibault Beneytou

Résumé :
Si seulement j’avais su…
Si seulement on m’avait dit que cette soirée auprès de toi serait la dernière…
Aurais-je agi autrement ? Aurais-je pu te sauver ? Aurais-je pu déjouer le jeu vicieux du funeste destin ?
Autant de questions qui me hanteront à jamais.
Alors oui, la vie à mes côtés n’était pas extraordinaire, mais je pense que tu aurais aimé la partager encore quelques instants, même d’infimes secondes.
Je m’appelle Léa, j’ai 17 ans, et cette soirée d’hiver marque le premier jour du reste de ma vie.

~ AVIS ~

C’est une lecture pas comme les autres, où l’auteur ose aborder le thème du deuil. Comment survivre à la perte d’un être cher ? Peut-on d’ailleurs continuer à vire ? Y réussirons-nous ? Et si la mort était, finalement, la solution la plus simple ? Est-ce trahir l’être parti que de sourire à nouveau ?
Toutes ces questions, aussi puissantes, dérangeantes que légitimes quand la Faucheuse a frappé dans votre cœur, Léa va les vivre. Notre héroïne va perdre quelqu’un de très proche et tout son monde s’effondre.
Le sujet délicat du deuil est dépeint avec justesse par l’auteur. Sans chichis. Juste une Léa, une ado, le cœur à vif, essayant de retrouver du sens à sa vie. Nous traversons toutes les étapes du deuil avec elle, ses pensées et ses émotions pour lesquelles nous ne pouvons qu’accrocher et ressentir une entière empathie à son égard.
J’ai également apprécié le petite touche de paranormale, qui amène un côté fantastique à l’histoire, bien qu’elle soit peu exploitée. (J’aurais d’ailleurs aimé en connaître davantage, surtout à la fin du roman).
Le petit “bonus” des titres de musique au début du chapitre était une bonne idée !

Cependant, je n’ai eu de sympathie que pour l’héroïne et n’ai pas accroché plus que ça aux personnages secondaires, qui m’ont paru légèrement superflus. Les meilleurs amis un peu clichés, la romance, peu présente, aussi.
Le “avant” / “après” drame, est parcouru de quelques longueurs… Avant le moment déclencheur, puis quand l’histoire semble fixer et suivre un nouveau cours, je me disais “Oui, c’est bien. Et…?”
Mais pour ces deux points, qui n’entachent en rien à l’histoire de base, je pense simplement que la manière dont écrit l’auteur est destiné à un public plus jeune que mon âge avancé dans la vingtaine. Et je me suis sentie un peu en décalage avec tout ce qui gravitait autour du drame et du deuil traversé.
Mais, mais… Là où l’auteur m’a prise de cours, c’est la fin. Je dois reconnaître que je ne m’y attendais vraiment, vraiment pas du tout et rien que pour ça, je pardonne les petites longueurs, parce que vraiment… Je pense avoir été plus touchée par les dix derniers pourcentages que par le reste du roman, j’en suis littéralement restée bouche-bée !

Pour conclure, je dirais que c’est tout de même une belle histoire à lire, j’ai apprécié la justesse des émotions pendant ce processus très délicat qu’est le deuil. Néanmoins, c’est une lecture plus “jeunesse” et je n’ai donc pas été emportée plus que ça.

Conclusion : J’aime… Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Juin

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Un pétale par sourire
Justine C.M.

Résumé : Héloïse, une jeune femme de vingt-huit ans en situation de précarité, emménage avec sa famille dans une maison possédant un magnifique sakura . Désireuse de se reconstruire, elle subit malheureusement la colère de sa sœur et l’influence malfaisante du nouveau compagnon de sa mère. Par chance, elle peut compter sur le soutien de sa grand-mère dont elle s’occupe en attendant de retrouver du travail. Au milieu du tumulte de sa vie, un phénomène étrange se produit de façon régulière : quelqu’un dépose une fleur de cerisier dans sa chambre . Plusieurs mois plus tard, un yōkaï apparaît dans ses rêves. Il est le mystérieux livreur de fleurs. Lié au sakura et victime d’une malédiction, il réclame l’aide d’Héloïse. Entre son existence difficile et ce monde onirique qui prend peu à peu place dans la réalité, Héloïse parviendra-t-elle à les sauver tous les deux ?

~ AVIS ~

D’habitude, quelques lignes suffisent pour savoir si la quatrième de couverture d’un livre me plaît. Ici, il m’a fallu plusieurs relectures du résumé où je me demandais comment il était possible de mélanger une malédiction japonaise dans un monde de réalisme français, et de rendre le tout potable et romantique ?
Eh bien, après m’être laissée tenter, je dois dire que c’est mission réussie ! Bravo à l’auteure pour l’homogénéité de ces deux mondes. La valse de la “brutale réalité” VS “fantasy mythe japonais” est incroyablement exécutée et j’ai été bluffée par le côté facile et naturel dont Justine C.M. a fait preuve pour narrer cette histoire aux allures complexes.

Je dois néanmoins avouer que le début est un peu long et qu’il y a quelques passages où je me suis ennuyée. On se concentre beaucoup sur la vie d’Héloïse, sur ses déboires pour trouver un emploi, de son retour compliqué chez sa mère et la grande place qu’occupe sa famille dans sa vie… Bref, sur le côté “Réalisme”.
Mais une fois que l’on comprend le lien qui unit notre héroïne avec ce sakura – l’importance que cela représente- et qu’on en découvre davantage sur la partie du “mythe japonais”, le voyage en vaut vraiment la peine.
Je culpabilise un peu de m’être ennuyée, car avec du recul, l’histoire est vraiment bien imaginée, scénarisée et dépeinte. Il fallait quand même de la minutie dans les indices et les descriptions afin d’accrocher le lecteur, sans le perdre dans cette dualité ” Réalité / Mythe” particulière.

Quant à la romance… Elle m’a complètement envoûtée ! Qu’est-ce qu’elle est… Pure, belle, romanesque, à la fois déchirante et empli d’un espoir éternel. J’ignore s’il existe d’autres romances singulières comme celle-ci mais pour moi, “Un Pétale par sourire” apporte un genre nouveau, quelque chose de rafraîchissant et d’inédit en termes d’histoire d’amour et tu ne regretteras pas l’aventure si tu te laisses séduire par ce roman. 😉

CONCLUSION : J’aime… Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis posté en Juillet

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Sors de ma tête
Violette Subros

Résumé : Déva, jeune graphiste parisienne, mène une existence parfaite. Un job qu’elle adore. Un petit copain gentil et sexy à souhait. Des amies fidèles sur qui elle peut compter et une sœur qui ne veut que son bonheur.
Jusqu’au jour où elle devient la cible d’une cruelle machination. Quelqu’un détruit tout ce qui lui tient à cœur. Mais qui cherche à la faire souffrir de cette manière ? Pourquoi s’acharner sur elle ? Et surtout, comment ? Alors qu’elle perd tous ses repères, qu’elle ne sait plus à qui faire confiance, elle rencontre celui qui fera tout basculer.
Lorsque leurs chemins se croisent, leurs mondes se heurtent, s’écroulent comme un château de cartes. Entre amour et haine, secrets et manipulation, leurs destins se mêlent pour le meilleur et pour le pire.

~ AVIS ~

Ce livre est une véritable montagne russe, un sacré manège émotionnel dont j’ai été toute retournée !

On démarre comme dans un Grand Huit. Doucement, la vie de Déva se livre sous nos yeux, et puis, tout s’effondre autour d’elle… J’angoissais au fur et à mesure avec elle. Quelqu’un lui en veut et le lui fait payer cher, extrêmement cher. C’est une sacrée descente aux enfers pour cette protagoniste et pour nous. L’auteure a fait un sacré boulot sur les émotions des personnages, et je n’étais qu’emportée davantage dans l’histoire. Je n’ai ressenti que de l’empathie pour Déva et ce, tout au long du roman.
Puis une deuxième montée, où nous sommes plongés, cette fois-ci, dans la tête de notre héros. Le rythme est fou et imprévisible, bien que l’auteure prenne le temps nécessaire pour mettre ses pions en place. Ici aussi, les émotions dévoilées, le passif dur et injuste est bien mis en scène, donnant toute l’empathie à l’égard ce personnage.
L’alternance des points de vue ici est rudement judicieux, offrant ainsi une réelle excursion en profondeur des ressentis et des sentiments des personnages. Autant pour Déva que pour notre héros, j’ai compris chaque mouvement, chaque pensée, chaque action… J’étais avec et en eux.

Et l’apothéose arrive en cette fin de première partie. Bon Dieu, j’ai cru défaillir tellement je ne respirais plus… Il faut dire que l’auteure, derrière une plume fluide et détendue, arrive par un tour de passe-passe à donner des retournements de situation, des questions, des révélations de malade. Si tu es pragmatique tel “Le Mentaliste“, tu arriveras peut-être à déceler ce qui peut se tramer, mais perso, je n’ai absolument rien vu venir !

Deuxième round. Je pensais avoir fait le tour, mais je me suis trompée. Je remarque qu’il reste encore pas mal de pages et suis intriguée de ce que l’auteure a encore nous à raconter.
BIM ! C’est la chute de mes émotions… Je tombe de haut alors que je pensais cette partie du manège calme, et re BIM ! Une réelle boucle sans terminus, jusqu’au bout du bout du roman: des révélations surprenantes, du suspens à chaque chapitre et des intrigues à foison.
Et lorsque je commençais à trouver le récit “mou/lent”, en fait, il s’agissait d’une tactique pour nous endormir et ainsi, mieux nous surprendre par la suite. Aucun, absolument aucun coin du ride émotionnel n’est épargné. J’ai lu la plupart du livre, bouche bée, la respiration coupée.
J’ai été baladée, menée sans défense par le bout du nez, rudement ballotée de croyances en révélations, le tout, sur un fond de romance pour laquelle on ne peut que s’attacher, et y accrocher un espoir vain.

Parce que si tu es ici, c’est aussi pour cette partie du roman. Insinueuse, intrépide coup du destin ou fâcheux hasard… Peu importante comment elle est tournée, l’histoire d’amour n’est pas qu’un sentiment partagé, elle a, ici, un rôle à part entière. Maltraitée et battue, cette relation hors norme aurait pu être un cliché, un truc mis là au hasard pour attirer, mais pas du tout. Aux antipodes de tout ce qu’on peut lire habituellement, elle remet en question tout ce qu’on pose comme élément de base d’une bonne romance. Ce lien qui les unit, à la fois surnaturel, inexplicable et tellement puissant, nous donne qu’une envie : un happy ending digne de ce nom. Mais encore une fois, tu es sous la plume vibrante et haletante de Violette Subros et rien n’est facile, ni donné sans contrepartie…

Je ne peux que conclure en te disant que “Sors de ma tête” est une sacrée aventure de suspens et de sentiments, dont il faudra du temps pour t’en remettre.

CONCLUSION : J’aime… Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis posté en Octobre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

The Christmas Codex, volume 2

Résumé : Au-dessus des sommets enneigés tournoie une neige à l’étoffe de velours. Sous les lueurs d’une lune d’argent, les battements de frêles cœurs s’emballent ou se taisent à jamais. Enquête et récits insoupçonnés. À l’orée des bois se murmurent de nouvelles aventures. Dramatiquement obscures. Des ombres mystérieuses font vaciller les lueurs des bougies. Âmes enchanteresses, tendez l’oreille… Entendez le chant énigmatique d’une créature insoupçonnée. Son éveil approche. Entrez dans le cercle de la magie de Noël.
13 auteurs pour 11 nouvelles. Partez à la découverte des univers publiés en 2019 au sein du catalogue de Livresque éditions.

~ AVIS ~

Je dois bien admettre que la force de ce recueil, c’est sa diversité ! Univers riches de fantasy, fantastique, humour noire, thriller, romance contemporaine… Tout le monde y trouvera son compte.

Mais dire que j’y ai trouvé la magie de Noël… Pas tellement :/ Et j’en suis fortement déçue… Je savais que je ne m’embarquais pas dans un recueil de “Romances de Noël” comme il en fleurit dans chaque Maison d’édition vendant de la romance. J’étais préparée à affronter d’autres univers dans lesquels je suis beaucoup moins à l’aise. Mais si l’atmosphère de Noël était là, ma foi, pourquoi pas !
Eh bien, c’est très limite. J’aurais tout de même voulu des récits où on ressent à travers les mots, l’ambiance de Noël, la féérie du réveillon, l’excitation de voir des flocons de neiges tomber, quitte à ce qu’on parle de meurtres, de vampires, de voyage temporel. Des récits “oxymores”.
Dans certaines de ces histoires, oui, le champs lexical de Noël est fleuri et réhausse la féerie du sujet. Mais pour la majorité, je n’y ai pas trouvé mon compte. Mise à part les mots “Noël”, “Réveillon”, “Neige”, il n’y a rien de plus qui m’indiquait être dans un “recueil de nouvelles de Noël”. L’ensemble m’a refroidie. Il y a même des textes où je me suis demandée ce qu’il faisait dans ce recueil… :/
Peut-être est-ce moi qui ai une image trop “romantique” d’un roman de Noël. Et qu’il convient, à d’autres genres, que seuls quelques mots évoquant cette période soient assez pour les qualifier de “roman de Noël”.
Même les quelques romances présentes dans ce texte ne m’ont pas émoustillée, ni rendue amoureuse de l’histoire. 🙁

Cependant, à part une histoire où j’étais complétement larguée, je dois dire qu’elles sont toutes très bien écrites. La qualité stylistique est brillante.

Conclusion : J’aime… Un peu

Avis posté en Novembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Dentelle & Ruban d’Argent
America Grace

Résumé : Au-dessus des toits enneigés s’éveille le souffle des rêves. Sous un reflet éburnéen, d’énigmatiques flocons de neige se révèlent ou se dissimulent à jamais.
Amours d’hiver, que chante la faible lueur de l’âtre. Et voici apparaître une silhouette mystérieuse, dérobant à la nuit ses pleurs de diamants.
Les rouages s’effleurent… le divin tintement du jour approche !
Âmes aux songes éternels, ne vous réveillez point. Dansez sous le scintillement d’un cristal d’argent.

~ AVIS ~

Ce recueil est une plongée dans un monde magique, où nous sommes embarqués avec douceur dans les différents lieux, tel un conte repris par Disney. On s’imagine le décor, les personnages… Et l’atmosphère de Noël donne un plus à ce recueil fantastique. Là, j’ai senti les effluves d’un conte de Noël et la magie du moment.
Je ne suis pas fan de fantasy, j’ai donc eu du mal à rentrer dans le contexte du recueil, plus dans la première nouvelle que dans la deuxième, mais je pense fortement qu’il plaira aux fans du genre !
Cependant, grâce à la plume féerique et enchanteresse de l’auteure, j’ai passé un agréable moment de lecture.

Dans la première nouvelle, la romance est une délicate fleur qui éclot au sein d’un champs de fantasy. Mon cerveau s’est donc plus concentré à suivre le personnage principal dans ce dédale mystique, que d’apprécier la romance, qui est minime.
J’ai, du coup, été largement plus emballée par la seconde, où l’histoire d’amour est une intrigue plus importante. L’ambiance féérique de Noël y est plus présente, donnant un petit coup de magie supplémentaire à ce second récit.

En bref, ce recueil peut être une lecture agréable à l’approche de Noël pour les fans du genre. 🙂

Conclusion : J’aime… Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Novembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Les chroniques du Scorpion
Maria Amini

Résumé : Pour préserver la planète, les signes du Zodiaque sont intervenus sur terre. Depuis, les hommes croient en la magie et ont banni toute technologie.
Dans cet univers régi par les astres, une reine prépare la cérémonie du Thème Astral, décisive pour l’avenir de son enfant à naître : Serpien. Alors qu’à plusieurs contrées de là, une paysanne donne la vie à Faustar sous le joug d’une prédiction fracassante…
Entre notre « Beau au bois dormant » et le « Garçon aux allumettes », nos deux héros de contes étoilés verront leurs destins lié par le Scorpion et la Lune noire.

~ AVIS ~

Peu familière avec l’environnement fantasy dans mes lectures, je dois dire que j’ai été agréablement surprise !
J’ai adoré l’ambiance que dégageait ce recueil. Cette atmosphère de quête, de prophétie, de croyance, de mythologie, de magie et de légendes.
L’excitation mêlée à la peur. L’angoisse mêlée au courage.
L’auteure nous embarque dans deux nouvelles, deux destins différents que la même quête finira par réunir.

J’ai trouvé l’idée de ce recueil super originale ! Ce mélange d’horoscope, de mythologies grecques avec les contes est superbement bien raconté et ficelé. Bravo à Maria Amini pour ce fourmillement d’idées riches et originales. 🙂

La première nouvelle est une charmante histoire qui permet aux lecteurs de s’approprier ce nouvel environnement en douceur. Les douze signes du zodiaque ont le destin des humains entre leurs mains, il leur fallait une introduction digne de ce nom !
L’auteure a pris grand soin de rendre unique chaque signe, de montrer ses forces et faiblesses et leur implication dans la destinée des humains.
Ici, le destin de Serpien nous est narré avec poésie (et une touche de romantisme 😉 ) tout en jouant sur le danger d’un destin aux funestes augures…

Quant à la deuxième, je dois bien avouer qu’elle a ma préférence ! Je l’ai trouvée plus palpitante avec ces retournements de situations surprenants. Petit coup de cœur pour le personnage de Faustar ! Ce personnage aurait pu mille fois ployer devant les coups durs du destin… Mais Faustar est courageux, résilient et habité par une gentillesse et une générosité qui finira par rendre son destin plus juste.
De plus, cette seconde nouvelle propose plusieurs pistes de “romance”, dont une qui viendra ébranler notre héros et qui le mènera dans une histoire d’amour magique, touchante et romantique.

Le rythme est très bon, valsant entre les moments doux / explicatifs et les actions entrepris par nos héros pour répondre à l’appel de leur destin. L’écriture est minutieuse et fluide. La lecture est donc rapide et très agréable 🙂 !

Les chroniques du Scorpion est une charmante lecture pour les amoureux des contes et les épris d’horoscope 😉

Conclusion : J’aime… Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Décembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

L’Âme du papillon
Lucie C. Berry

Résumé : Depuis son plus jeune âge, Lise perçoit les émotions de ceux qui l’approchent. De la joie qui réchauffe le cœur, à la colère la plus sourde, en passant par l’intolérable tristesse dans laquelle on peut se noyer… elle ressent cette palette infinie de sentiments sans pouvoir en colorer elle-même son existence.
Grâce à ses parents qui la protègent de leur mieux et sa meilleure amie pour qui elle n’a pas de secret, Lise apprend à vivre avec ce qu’elle pense être une malédiction. Elle ne peut croire le récit de cet homme qui prétend être son “gardien”.
Pourtant, lorsque son chemin croise celui de Franck, son quotidien va être bousculé. Son cœur, tel le papillon de cette ancienne légende, va déployer ses ailes et prendre son envol pour la toute première fois.

~ AVIS ~

En lisant le résumé, je m’étais attendue à autre chose et je ressors de cette lecture… mitigée et j’en culpabilise. Je voulais à tout prix tomber sous le charme de ce roman, promesse d’une lecture romanesque et romantique (et tu as vu cette sublime couverture ?).
Malheureusement et à mon plus grand désarroi, je suis passée à côté…

D’un point de vue holistique, “L’âme du papillon” est un très beau récit d’amour et de destin, un vibrant hommage aux ancêtres et à cette quête d’âme sœur.
C’est très bien écrit et imaginé. La plume douce et féerique de Lucy C. Berry embarque le lecteur sans difficulté dans son univers. Il n’y a aucun faux pas sur la forme du roman et je suis allée jusqu’au bout. La romance est très jolie et romantique à souhait.

Cependant, l’ensemble du roman est trop calme. Il ne s’agit que d’une valse, un rythme “un pas en avant, deux pas en arrière” lent… Trop lent à mon goût.
Même si j’ai trouvé le début très original et intrigant, la mise en place s’étire en longueur et je me suis ennuyée. J’avais la sensation de m’embourber dans les problèmes de Lise, notre héroïne, sans en voir le bout. Et lorsqu’enfin une solution est entraperçue – enfin de l’action – c’est pour mieux reculer et retomber dans les travers de lenteur
(/!\SPOILERS : Où est passée la scène de Franck et Lise qui devaient faire semblant d’être amoureux afin de vaincre le démon ? Pourquoi l’avoir énoncé si ce n’est pour pas la donner aux lecteurs ? Perso, j’étais très déçue de ne pas l’avoir eue… /!\)
Les problèmes de Lise vampirise le récit et le manque d’intrigues secondaires fortes se fait sentir à plusieurs reprises, rendant la lecture redondante.

Hélas, même les personnages secondaires, à mes yeux, sont fades par rapport au fil rouge du récit et n’apportent pas grand chose. Le seul qui avait un intérêt, hormis le couple principal, et qui aurait pu amener du pep’s au récit, était le professeur Hiro Kuroda. Mais il n’a pas été dépeint à sa juste valeur.
J’avais l’impression que tous les personnages gravitant autour de Lise n’étaient là que pour fournir de l’empathie à l’héroïne, comme si c’était là leur unique mission dans la vie. Et c’est dommage, car on ne les connaît qu’à travers ce prisme: les soucis de Lise, alors que l’auteure a pris soin de narrer son récit à la troisième personne. Pour moi, ses meilleures amies Cathy et Agatha était pareilles, et idem pour Hugo et Franck. Impossible de les distinguer. :/
La balance adjuvants et méchants est déséquilibrée. Les méchants sont… Peu et pas si méchant que ça, ne semant que très peu d’embûches à surmonter et limite transparent. Quand à l’autre partie, trop nombreuse, n’est là que pour apporter un soutien et une défense sans failles à notre héroïne.
Pas un personnage secondaire n’a de saveur particulière, se révèle troublant, n’est “gris”… Ils tous sont “noirs” ou “blancs”

Je me suis donc lassée très vite du rythme peu enjoué, du manque d’actions et d’intrigues. Il ne se passe pas grand chose, juste Lise qui vacille entre moment de bien-être et de mal-être.
Il y avait moyen de rendre ça plus vivant, plus marquant ! Un démon plus… perfide, donnant du fil à retordre à nos héros, plus de passion et d’action. Il n’y a pas de danger à écarter, pas de défis à relever faisant évoluer notre héroïne. Enfin si, mais il s’avère être le même du début à la fin…. Se dépêtrer de cette maladie. Oui, sur ce point, je suis un peu déçue, je pensais que cette maladie serait en filigrane du récit, et non un personnage, voire un protagoniste à part entière.
J’ai même fini par égarer ma sympathie envers Lise. Elle s’est révélée frustrante et un brin agaçante à suivre. Je peux comprendre que sa “maladie” ne l’a jamais aidée à se construire, mais son arc narratif se déploie trop, trop lentement. Ses pensées sont toujours les mêmes, son côté “victime” pèse un peu lourd au bout d’un moment et lorsqu’elle se bouge, c’est pour prendre la mauvaise direction. J’avais l’impression de lire la vie d’une pré-adolescente plutôt qu’une adulte.

Néanmoins, cependant, mais !!
Comme énoncé plus haut, je suis allée jusqu’au bout. En plus de la plume de l’auteure qui est tout de même un plaisir à suivre, j’ai surtout été guidée par mon esprit fleur bleue. La romance pétille de romantisme et de douceur. Je m’y suis accrochée pour savoir où l’histoire mènera. J’aime beaucoup les revisites du mythe des “Âmes sœurs” et je dois dire que le roman brille en originalité sur ce point là.
La relation de Lise avec son âme sœur est agréable à suivre (bien qu’un chouia longue à se mettre en place et très calme, comme tout le reste), m’a fait sourire et fondre plusieurs fois. Malgré la scène… SPOILERS à lire plus haut, que j’attendais de lire et qui n’a pas eu lieu, la tendresse qui tourne autour de cette histoire d’amour rend le récit magique et laisse le lecteur songeur.

En résumé, bien que j’ai trouvé l’idée originale, je n’ai, hélas, pas accroché à la manière dont l’auteure a conté cette histoire. :/
Cependant, ce roman n’est pas mauvais et je lui reconnais bien volontiers ses qualités stylistiques et la fluidité de l’écriture.
Un rendez-vous manqué mais qui je pense, trouvera son public aisément. 🙂

Conclusion : J’aime… Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Décembre

♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

C’est tout pour cette année 2020. 🙂

Mes nouvelles chroniques 2021 de cette maison d’édition t’attendent sur le nouvel article par ICI.

A bientôt !

La Romantique éperdue ♥

2 commentaires

  1. […] Mon partenariat avec la maison d’édition Livresque s’étalant sur l’année 2021, tu retrouveras ici toutes mes chroniques faites cette année. 🙂Pour retrouver la première partie (les avis 2020), c’est par ICI. […]

  2. […] déjà eu l’occasion de donner mon avis sur l’œuvre, je t’invite à le retrouver ICI plus en […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 + 24 =