Amour à lire Services Presses

Services Presses : Romance Contemporaine

Salut Fleur Bleue,

Ici, tu trouveras mes découvertes livresques “Romance Contemporaine” grâce aux Services Presses du site Simplement Pro.
Si tu souhaites connaître les autres catégories : Romance Fantasy, Romance Historique et Romance Dystopique, n’hésite pas à te balader dans “Amour à lire”, rubrique “Services Presses” 😉 !

RAPPEL : les avis que tu liras n’engagent que mon cœur, mon âme, mon ressenti et mes émotions. Tu n’es pas obligé.e d’être d’accord et je t’invite avec plaisir à partager les tiens en commentaires 🙂 !

Les livres sont présentés par ordre chronologique de lecture.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦

Pour un Selfie avec lui
Sam Riversag

Résumé : Mary a tout pour être heureuse. Elle est rédactrice dans un tabloïd anglais et son petit ami, Simon, est l’homme idéal, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il la trompe et se retrouve brutalement dans une autre dimension. Sa réaction intersidérale la surprend elle-même. Elle sera une femme libre, sans contraintes ni belle-mère. Mais voilà que le félon demande son pardon. Et puis quoi encore? Que feriez-vous à sa place? Comment régler à la fois ses problèmes sentimentaux et professionnels quand votre meilleure amie n’arrête pas de vous mettre dans la panade avec les meilleures intentions du monde? Mary ne peut que se transformer en guerrière ninja pour résister à ce tsunami. Et si la solution à tous ses problèmes venait de l’acteur Benedict Cumberbatch, la super star de la série qui bat tous les records de popularité sur la planète?

~ AVIS ~

Histoire sympathique qui se lit rapidement. Malheureusement, je n’ai pas été plus emballée que ça.
Mon humour n’a pas matché avec ce que proposait l’auteure. Pourtant, le livre a de bons échos sur le côté “humour british”. Mais tout ce qui aurait pu potentiellement me faire rire se transformait en situation ridicule…
Le rythme général est assez inégal (soit ça traîne en longueur, soit le problème est réglé en trois lignes) et des dialogues parfois lourds. J’ai eu la sensation aussi de passer du coq à l’âne sur certains paragraphes, que j’ai relus en me demandant si j’avais loupé une info, mais non. Tous ces défauts ont failli faire stopper ma lecture à 50% du livre.
L’autre raison à ce “presque échec des 50%” est Mary, le personnage principal que j’avais envie de secouer à de multiples reprises. “Trompe-moi une fois, honte à toi. Trompe-moi deux fois, honte à moi“, ça, elle ne connaît pas du tout. Son credo, c’est ” Trompe-moi 3 fois, je te pardonne“, ce qui m’a, à force, agacée. Je n’ai pas compris le choix de l’auteure de s’acharner à ce point sur son personnages principal ^^’ Les trois-quarts de l’histoire ont donc tourné en rond sur cette partie “Mary/Simon”, sans plus d’avancées, puisque le “retour case départ” devenait fatalement quasi systématique…
Son fantasme pour Benedict Cumberbatch (ma foi, pourquoi pas, je l’aime bien aussi) est amené de façon maladroite. J’ai cru me voir… mais à 14 ans avec mon Skyblog sur les TokioHotel (oui, oui, je sais…).
Je suis allée jusqu’au bout car ma curiosité (et espoir) de romantique a fini par s’activer et, bien qu’un peu maigre, la fin de l’histoire bouge un peu et prend une tournure intéressante. Tournure qui arrive trop tard à mon goût pour rattraper les trois-quarts… :/

Je ne serai pas objective en te le déconseillant complètement – et ce serait injuste de ma part- l’histoire au global se laisse lire, mais ce n’est pas un coup de cœur pour moi.

Je tiens tout de même à remercier l’auteur, Sam Riversag, pour la confiance donnée ! 🙂

CONCLUSION : J’aime… Un peu

Avis posté en Mars.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Menthe Royale
Johanna Laury

Résumé : Annabelle, 21 ans, jolie rouquine aux yeux vairons et à la maladresse légendaire, posera ses valises pour la première fois en Solvanie.
Pour les nuls en géographie, je vais vous aider. Je plaisante ! Il s’agit du fruit de mon imagination, mais jouez le jeu.
Visualisez l’Europe de l’est. Vous voyez l’Allemagne et les Pays-Bas ?
Bon, maintenant, imaginez entre ces deux pays, une toute petite principauté à peine plus grande que le Liechtenstein. Vous y êtes ?
Ah ! Super ! Représentez-vous maintenant notre jeune française, seule, dans la Capitale de ce magnifique pays, où elle y fera d’étonnantes et royales rencontres qui changeront à tout jamais sa vie, et l’image qu’elle se faisait du Prince (pas tout à fait) Charmant.

~ AVIS ~

Je préviens, je risque d’être la “trouble fête” dans les chroniques de cette histoire, n’ayant jamais été aussi déchirée sur une chronique que devant “Menthe Royale“. J’ai l’Ange de la Lecture qui me certifie que j’ai bien aimé, après tout, je suis allée jusqu’au bout et rapidement, d’ailleurs. Il y a pas mal de points que j’ai vraiment adorés.
De l’autre, le Démon qui me rappelle ce qui m’a fait grincer des dents tout le long de ma lecture… Pour le coup, je ne peux donc pas te décrire mon ressenti avec mon ébauche de plan “univers, personnage, romance”, je dois te raconter le cheminement de mes émotions dans l’ordre chronologique.

En toute honnêteté, “Menthe Royalen’est pas du tout mauvais. Pour preuve, les multiples chroniques “coup de cœur” qui ont fleuri sur mon Instagram. C’est peut-être d’ailleurs ce pourquoi le Démon s’est réveillé, car je pressentais, et surtout, voulais, qu’à moi aussi, ce roman plaise autant.
Le rythme est dynamique, pétillant, je me suis vite pris de sympathie pour Annabelle et franchement, je suis une fan inconditionnelle des “Tu m’attires mais je te déteste”. Parce que pour le coup, ça partait, bien. Très, très bien même.
Je commençais néanmoins à un peu lever les yeux au ciel face à toutes les apostrophes que l’héroïne fait au lecteur. C’est un point, je l’accorde, totalement subjectif, mais je n’aime pas ce procédé. Une fois ou deux, bon. Mais là, dès le début, ce sont des “Vous vous doutez bien que”, “Vous vous demandez comment je le sais ?” ” Pas vous ?” “Vous allez me dire” “Vous y croyez, vous ?” Arrrghhh…. Malheureusement, même lorsque l’histoire est narrée du point de vue masculin, ça continue… Bref. Soit, ça fait parties des choses qui m’ont titillée, mais ce n’est pas LA raison pour laquelle je ne peux pas dire que ce roman a été un coup de cœur.

Non, ce qui m’a le plus… dérangée, mise mal à l’aise et surtout, m’a totalement cassé dans mon trip “Je te désire, mais je te déteste”, c’est ce fameux “twist” vers le milieu du roman.
Je suis désolée, mais pour moi, ça ne l’a pas fait. Surtout la réaction du héros. Je…mh… Peut-être vais-je trop loin dans mes propos, mais de mon point de vue et sans vouloir trop spoiler, ça ressemblait à de l’abus de confiance et j’ai trouvé ça… Malsain. Si encore, ça se serait contenter d’un rapprochement… disons, d’esprit, sur un pseudo quiproquo… Bon. Soit.
Mais non, ça a été beaucoup plus loin que ça et là, ça m’a vraiment embarrassée. Encore heureux que l’héroïne a eu la présence d’esprit de réagir correctement.
Bon et ce héros ? Eh bien, pour moi c’est un Next! direct. Qu’il soit prince et beau. Je n’ai pas bien saisi comment il est passé de “Limite-misogyne” à “indécrottable romantique”. Je veux dire, le but d’une romance de ce genre est que l’héroïne soit différente des autres nanas que le héros ait connues et… le change. OK. Mais ici, son arc narratif a un peu trop été dans les extrêmes à mon goût.
Et du coup, eh bien, n’ayant pas accroché au rapprochement des héros, j’ai trouvé la fin beaucoup trop mièvre.
En toute transparence, j’aurais voulu que le pitch “Je te désire, mais je te déteste” dure plus longtemps…

Et le pauvre frère du héros… Pour moi, c’est le personnage secondaire le plus “mal exploité”. Il a juste servi à rendre jaloux, d’ailleurs maladroitement, le héros. Et c’est dommage, je suis sûre qu’il y avait moyen de le rendre beaucoup plus intéressant qu’un simple “pion de jalousie”. :/
Il y a aussi, j’ai trouvé, des petits points manquants de logique à certains moments.

Cependant, malgré tout ça, j’ai… bien aimé. (C’est là où l’Ange et le Démon se battent). L’auteure est restée fidèle à son fil rouge et a quand même une plume – malgré les interpellations aux lecteurs – énergique et très addictive. On se prend vite au jeu de cette aventure. C’est dans l’ensemble, tout de même rafraîchissant et je n’arrive pas à détester foncièrement cette lecture. C’est pour cette raison que j’ai décidé de prendre la fin de “Menthe Royale” comme, tu vois, cette amie qui est sortie avec un idiot fini qui lui a brisé le cœur, mais pour qui elle a encore des sentiments et décide de lui donner une seconde chance ? Eh bien, j’ai eu la même sensation pour Annabelle. Comme je l’ai vraiment vite adoré, j’avais envie de lui dire : “Je ne suis pas pour cette relation, je n’aime pas ce type, mais tu es mon amie, alors je te soutiens”.

Voilà, tu l’auras compris, je ne suis pas… à 3000% derrière ce roman, j’ai un avis très subjectif sur ce dernier, mais je comprends le potentiel et peut entendre qu’il a été un coup de cœur pour d’autres Fleurs Bleues. 🙂

Petite info supplémentaire : Ce livre sera publié aux éditions “Love Story” ! Je souhaite donc une bonne continuation à “Menthe Royale” et à Johanna, que je remercie pour la confiance 🙂 !

Conclusion : J’aime…. Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Juin.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Amor et Castagnettes
Florence Charbaut

Résumé : Des vacances au soleil, j’en rêvais. Pourtant cette année encore je vais devoir faire une croix dessus ! Célibataire sans enfant à charge, dernière arrivée au sein de l’unité pour laquelle je travaille, je passe une fois de plus pour la dernière roue du carrosse (enfin de mon service !). Je me retrouve avec mon congé d’été en… octobre ! J’enrage.
Alors, quand Maya, mon ancienne collègue et amie me propose de partir avec elle, et de partager les frais. Vous pensez bien que je saute sur l’occasion. Andalousie j’arrive…
À nous le Sud espagnol, la mer, les palmiers. Je me vois déjà allongée sur un transat, un verre de Mojito à la main.
Malheureusement, c’était trop beau pour être vrai. Peut-être aurais-je dû me méfier davantage, car mon séjour ne se passe pas, mais alors pas du tout comme je l’avais prévu.

~ AVIS ~

Quelle pétillante romance ! J’ai beaucoup aimé suivre l’héroïne dans ses périples en Andalousie ainsi qu’une fois retournée en France. L’écriture est fluide, l’histoire est prenante, je me suis vite trouvée embarquée dans l’aventure. L’ensemble est vraiment plaisant à suivre et surtout, l’auteure a un don pour mettre du suspens assez inattendu – dans une ambiance où il peut parfois être compliqué d’en trouver- et de tordre le cou aux stéréotypes du genre 😉

L’ambiance vacances qui accompagne la première partie du livre est vraiment chouette et donne envie de s’y plonger dès les premières chaleurs de l’été ! J’aurais d’ailleurs voulu y rester plus longtemps, mais même dans les livres, toutes les bonnes choses ont une fin…. 🙁

Gros point positif pour les personnages, bien travaillés et diversifiés ! Alice est attachante, j’aime son côté “Madame tout le monde”. Maya, que j’avais rapidement cataloguée comme “la meilleure amie” (il en faut toujours une dans les romances, haha), s’est finalement retrouvée pire qu’une demi-sœur de Cendrillon…
La gente masculine n’est pas oubliée non plus, loin de là. Plusieurs mâles rodent également dans le roman, dont deux hommes qui tenteront leur chance auprès d’Alice. Deux hommes opposés, deux relations différentes et là encore, l’auteure a su faire preuve d’originalité, sans brusquer l’aficionado de romances que je suis.
J’ai adoré l’histoire d’amour principale, notamment le côté simple et naturel de leur relation dans la “seconde partie” du roman, après ” la tempête” que fut leur rencontre et rapprochement 😉

Amor et Castagnettes est une belle surprise, que je conseille si tu as envie d’un peu de chaleur et de dépaysement et d’une romance… Pas comme les autres 😉

Merci à Florence pour sa confiance 🙂

Conclusion : J’aime…. Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Juillet

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

L’Arc de Cupidon
Giselle Marion

Résumé : Une découverte scientifique qui va bouleverser vos rencontres !
D’après une étude publiée dans Nature, se caresser l’arc de Cupidon – la petite pointe au sommet de la lèvre supérieure – signifie inconsciemment qu’on est très attiré par la personne qu’on regarde.
Puisque c’est de la science, c’est donc vrai ! Non ? Oubliez le destin et faites confiance aux recherches en neurosciences !
Mathilde ne veut pas trop y croire, mais lorsqu’un séduisant inconnu la regarde en se passant le pouce sur la lèvre supérieure, elle décide de tenter sa chance. Au risque de ne plus rien maîtriser…
Les belles histoires peuvent-elles naître d’un malentendu ?

~ AVIS ~

Je ne pense pas que mon avis sera long, puisqu’il s’agit d’une nouvelle de moins de 100 pages, mais qu’est-ce que j’ai adoré cette histoire !

L’équilibre de tous les points est parfait : l’histoire en elle-même, scrupuleusement bien mis en scène et cette chute à la fin qui vient donner encore plus de pep’s à l’histoire. Les personnages bien brossés (gros point positif pour le Mathilde que j’ai trouvé brillante de réalisme. Elle aurait pu être tout à fait être dans mon cercle d’amis.), le décor et l’ambiance emplis de modernisme et de réel. Bref, un très beau mélange d’authenticité. Je pouvais aisément tout visualiser et être dedans.

Et surtout, j’ai grandement apprécié l’écriture de l’auteure : Franche, volontaire, simple et efficace.

J’en voulais d’ailleurs beaucoup plus, pas pour le côté “il manque des infos” parce que l’auteure gère parfaitement l’écriture d’une nouvelle, mais pour le côté “je suis très bien ici”.

Tu l’auras deviné, je ne peux que te conseiller cette ” mini romance” à 100% et je tiens à remercier Giselle pour la confiance 🙂

Conclusion : J’aime…. Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis posté en Juillet.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

L’Éternelle Amoureuse
Carole Laborde-Sylvain

Résumé : Amélia est une jeune femme venant d’obtenir son diplôme dans le domaine du stylisme. Elle quitte Paris pour revenir aux sources : Bayonne, berceau de son enfance ; elle décroche un travail dans une entreprise renommée et fera tout pour y faire sa place.
Mais voilà, elle a un problème. Son grand pouvoir : l’invisibilité ! Personne ne la remarque.
D’ailleurs, Ander, le jeune homme pour qui son cœur bat depuis le lycée ne sait même pas qu’elle existe ! Le revoir ne fera que raviver ses blessures…
Mais tout sera peut-être différent cette fois ?

~ AVIS ~

Je vais y aller franchement : Malgré un agréable moment passé au Pays Basque avec l’héroïne, le reste et surtout la romance, ne m’a pas du tout charmée…

Sur l’aspect positif, j’ai beaucoup apprécié l’ambiance de Biarritz et l’aspect “travail au bureau”. Je me suis vite connectée avec Amélia par rapport à cette étape de sa vie, ayant moi-même vécu ce premier job “post diplôme” il n’y a pas si longtemps. La description des ressentis, des premières rencontres sur le lieu de travail, l’appréhension… Sur ce point, rien à redire.
Ou si…
J’ai trouvé que ça prenait trop de place dans ce livre (surtout vis-à-vis du nombre de pages). Ce n’est pas lourd à lire, ça met le lecteur dans la vie d’Amélia mais ce n’est pas le décor tant espéré de la romance, c’est limite le sujet principal du livre : Comment vivre un premier emploi une fois diplômé.e ?

Cette histoire d’amour, justement, est beaucoup trop timide, arrive vraiment sur le tard et n’est finalement pas l’objet principal de ce livre. Enfin, c’est du moins l’effet que j’ai eu. L’auteure passe en effet beaucoup de temps sur les ressentis d’Amélia, sur son travail, à décrire sa vie, ses sorties avec ses amies et même quand enfin l’objet de son désir est là, on ne passe pas à la vitesse supérieure. Et c’est dommage.
Même si j’ai bien compris qu’Amélia a la sensation d’être transparente et que ce n’est pas dans son caractère de faire le premier pas, cette romance aurait pu la déjouer de ce sentiment et la faire évoluer. Eh bien, non. Son arc narratif n’a pas trop bougé et j’en ai été un peu déçue…
Lorsque le héros entre en jeu, je m’attendais à un petit côté “roman de Sophie Kinsella” : Des jeux de regards, des non-dits transpirants, des petits quiproquos, des situations rocambolesques, bref… De l’action ! Quelque chose qui fait sortir Amélia de sa coquille ! Il n’en fut rien ou très, très peu. Et même lorsque l’occasion s’est présentée, l’auteure a éclipsé le moment…

La valse des points de vue est un peu maladroite à mon goût et c’est là où découle le drame…
Mon “pompon de l’incompréhension” (je suis désolée, je vais être un peu insicive parce que vraiment, je n’ai pas compris) c’est ce soudain zoom sur un couple “secondaire”…
Je…mh…Pourquoi ? 
Je n’ai absolument pas compris pourquoi, d’un coup, il devenait le couple principal. Que ces deux personnages se mettent ensemble, soit. Mais de là à suivre leurs émotions, sentiments, leur passif et surtout à décortiquer leurs nuits d’amour à ce point (parce qu’en plus il y en a plusieurs), non. Surtout si derrière, le couple principal n’a pas les mêmes honneurs une fois leur heure venue (désolée pour ce petit spoil). S’il fallait sortir des scènes pimentées, c’était le moment idéal, pas avec un “couple” débarqué quelques pages plus tôt avant et dont, honnêtement, je me fichais.
Même si ce couple aura un impact sur la suite, pour moi, nul besoin d’entrer autant dans les détails pour si peu. C’est dommage, beaucoup dommage car ça a fait de l’ombre à ce pourquoi j’étais venue à la base : Amélia et Ander.
Car pile au moment où on apercevait un léger avancement entre les deux, un petit quelque chose… BIM ! On vrille sur l’autre couple…

Je suis donc déçue de la partie romance de cette histoire. Je m’attendais à ce qu’elle prenne plus de place, à une relation plus dynamique, drôle, attachante et surtout une “Romance Travail” qui donne du fil à retorde aux personnages principaux (Surtout avec une héroïne comme Amélia).
Il n’en fut rien.
Néanmoins, je suis allée au bout de cette histoire, curieuse d’avoir le fin mot de la romance d’Amélia et Ander, mais également pour tous les autres points sympathiques qui décorent cette histoire. 
Je dois reconnaître que l’auteure a une plume sympa et la lecture s’est faite vite. J’ai apprécié ce séjour aux Pays Basque pour le côté bar, soleil, plage et surf qui n’est pas désagréable et la description réussie d’un premier emploi.

Je remercie tout de même Carole d’avoir accepté que je chronique son roman.

CONCLUSION : J’aime… Un peu

Avis posté en Juillet

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Ce que le temps fera de nos vies
Frederic Rocchia

Résumé : Dans le quartier de l’épingle verte, tout le monde connaît Tom et Jeanne, un jeune couple sans histoire qui vit au cœur de la forêt depuis huit ans.
Jeanne anime des soirées dans la librairie du quartier.
Tom, accordéoniste, donne de petits concerts à la Taverne de Sulivan.
Tout semble paisible et serein dans ce lieu un peu en dehors du monde.
Mais un matin, Jeanne disparaît mystérieusement.
Que s’est-il passé ? Que va découvrir Tom ?
Y a-t-il un lien entre cette disparition et les habitants de l’épingle verte ?
Tom, en quête de réponses, devra résoudre, malgré lui, cette énigme qui pourrait bien changer son existence… et celle des autres.

~ AVIS ~

Prépare ton âme, tes sentiments et protège ton cœur, car ce roman est un tourbillon d’émotions dont tu ne sortiras pas indemne. En tout cas, depuis que mes yeux se sont posés sur la dernière ligne, mon esprit percutant que c’était terminé, je n’étais plus indemne.

J’ai absolument TOUT aimé dans ce roman : L’histoire bouleversante de Jeanne et Tom, la plume enivrante et très fine de l’auteur, la qualité des personnages et du décor… Tout est réuni et aucun “mais”, cette fois-ci, ne viendra effilocher mon avis.
J’ai vraiment adhéré à tout, aimé tout et dévoré tout. Le décor, via le village de Freme donne un ton juste à l’histoire et, sans le vouloir, devient à son tour un personnage. Les habitants de ce village qui virevoltent autour de nos héros valent la peine d’être cités. L’auteur a fait un boulot remarquable dans leur description, leur manière de s’exprimer et leur position au sein de la ville. Aucun n’était de trop, chacun ayant son rôle à jouer, dont certains se révéleront bien plus importants qu’ils ne veulent le paraître.

J’ai suivi cette histoire, d’un côté, le cœur lourd, effrayée de lire ce qu’il pouvait advenir, et de l’autre, gonflée d’un tendre espoir infini.
Jamais je n’ai trouvé le temps long.
Chaque détail, chaque parole, chaque description est très bien calibré. Un vrai hymne au destin, aux choix de vie, aux rêves et à l’amour…
Et cette histoire d’amour… J’ai été happé très vite par le lien unique qui unit et relie Jeanne et Tom. Pure, magique et cristallin… Ils m’ont fait un peu penser à Carl et Ellie du film d’animation Pixar “Là-Haut“.
Mon petit coup de cœur va pour le personnage de Tom. J’ai, sans m’en rendre compte, tout partagé avec lui. Ses émotions, son passé, son présent, son désespoir, ses espoirs, ses rêves, sa transformation… J’étais telle son ombre, adsorbant tout, le regardant agir, vivre, impuissante. Même ses réactions face à cette disparition sont très justes et vraies.
Jeanne, qu’il ne faut pas oublier, amène son lot de charme et mystère au récit.

Bref, je ne saurai quoi te dire d’autre pour te convaincre de laisser une chance à “Ce que le temps fera de nos vies“. Ce livre m’a émue, bouleversée, tiré des sourires attendris et agenouillée pour des prières silencieuses.
Ce petit bijou se lit, en plus, vite et facilement. On tombe rapidement sous le charme de tout et cette fin… Je…mh… N’en dirai pas plus mais elle m’a autant retourné l’esprit que le cœur.

Un grand merci à Frederic pour m’avoir donné une chance de découvrir ce fabuleux récit.

Conclusion : J’aime… A la Folie
♥ ♥ ♥ ♥

Avis posté en Août

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Love Inside
Melanie de Coster

Résumé : Enfin ! C’est la première rencontre entre Mia et Senneth. Après des mois d’échanges sur les réseaux sociaux, ils vont passer une soirée ensemble.
Et même plus, avec ou sans affinités.
Le matin qui suit leur rendez-vous, une épidémie mondiale les enferme dans le même appartement pour une durée indéterminée.
Une cohabitation forcée constitue-t-elle un bon moyen pour débuter une relation ? Mia et Senneth ont quelques semaines devant eux pour trouver la réponse.

~ AVIS ~

Eh oui, le résumé a une résonance particulière, puisqu’il s’agit d’une romance plongée dans un écho familier de cette année 2020.

Je dois bien avouer que j’ai passé un bon moment de lecture. La légèreté de la romance, de l’histoire en général face à la dure réalité de “l’outside” est une confrontation assez bien homogène.
Le roman fait moins de deux cent pages et est juste assez pour divertir.
L’ensemble est harmonieux et très sympathique à suivre. Bien que ” l’oustide” ne soit pas relaté plus que ça (nous savons juste qu’il y a aussi un virus, mais le respect de la quarantaine est plus incisive que dans notre réalité), nous suivons avec entrain l’histoire de Mia coincée dans l’immeuble de Senneth, son aventure d’un soir.
Au fil des pages, nous découvrons les habitants de l’immeuble et tout ce qui va leur permettre de tuer le temps… Le tout, avec La Flèche de Cupidon prête à tirer sur le couple principal (Ouais, c’est mon équivalent de “L’épée de Damoclès, mais pour l’Amour ^^). J’y ai trouvé mon compte dans tout : l’humour sympa et la plume rafraîchissante de l’auteure, les personnages principaux (même si Mia est vraiment une protagoniste reloue) comme secondaires qui animent cette quarantaine, les sentiments amoureux qui naissent et surtout, les petits rebondissements de chapitre en chapitre qui m’ont tenue en haleine jusqu’au bout !
C’est une romance drôle et légère que je recommande si tu ne veux pas te prendre la tête. Quelques petits défauts subsistent, des incohérences aussi, mais à mes yeux, ils n’ont pas gâché mon plaisir, cette lecture ayant été pour moi une petite parenthèse divertissante.

Je remercie Mélanie pour sa confiance et l’envoi de son roman :).

Conclusion : J’aime…. Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Août

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Plume
Lilie Caron Borgogno
Les éditions d’Avallon

Résumé : Quand Noah, la trentaine, se retrouve spectateur d’un ballet au Metropolitan Opera de New-York, il ne peut s’empêcher de se demander ce qu’il fait là et si sa présence est une bonne idée. Il va la revoir, il lui avait promis de venir, mais il ne savait pas que cela pouvait être aussi douloureux. C’est le cœur battant qu’il compte les minutes qui le séparent d’elle. Comment en est-il arrivé là? Pourquoi est-il venu? A-t-il vraiment envie de la revoir? Toutes ces questions le replongent dans leur histoire, quand tout a commencé sur un banc, à Central Park..

~ AVIS ~

Plume” est le titre de cette mignonne histoire d’amour… Mais également la métaphore de mon ressenti face à cette douce et légère romance. 🙂

Alors qu’au début, rien ne me faisait penser à quelque chose de gracieux et flottant. Bien au contraire… Noah, notre héros est antipathique, misanthrope, arrogant et pessimiste. Et l’animosité de ce protagoniste se reflète sur l’atmosphère du roman. Le ton est austère et lourd. (Attention, je dis ça dans le “bon sens” du terme :). L’auteure a su, à travers sa plume, donner l’atmosphère dans laquelle le héros s’est enfermé et pour ça, bravo !) Il souffre d’un passé dont il se sent coupable et nous, lecteurs, ne pouvons qu’avancer pour connaître la vérité.
Et puis, vient cette “Plume” de 22 ans, Gemma, assise sur un banc de Central Parc. Et là, avec le temps, au détour des chapitres, le ton s’adoucit. La caresse de cette plume vient ouvrir le cœur de Noah et on commence à se rassurer et à sourire pour et avec lui.

L’ensemble de l’histoire est très joliment dépeint, tout en finesse et légèreté (comme une plume !)
Les premiers chapitres sont intrigants et donnent envie de savoir ce qu’il s’est passé. Je me suis laissée entraîner et je n’ai pas du tout regretté ce détour à New-York.
L’auteure prend le temps nécessaire à la description de cette histoire d’amour, de la naissance, aux questions qui trottent dans la tête, à l’apprivoisement de l’autre, au rapprochement d’esprits, de cœurs et de corps, jusqu’à… l’envol de la Plume. Pourquoi ? Comment ? Je te laisse le découvrir…
Tout est mignon et doux, offert aux lecteurs dans un ton juste. De la simplicité des sentiments, à ce Noah qui s’ouvre au fur et à mesure et cette ingénue et “pailletée” Gemma qui a trouvé la clé pour ouvrir ce cœur fermé à double-tours.
L’histoire est vraiment focalisée sur ces deux-là (et Tyler, qui donne de la gaieté quand l’histoire est froide), avec un détour dans le passé de Noah, mais je ne me suis pas ennuyée. J’ai été tendrement bercée par cette romance et le rythme égal tout le long du roman.

Plume” est une histoire qui donne du baume au cœur, un hommage à l’adage “l’Amour tombe toujours au moment où on s’y attend le moins”, montre que chacun mérite d’avoir de l’attention, qu’il ne faut pas baisser les bras. Et que l’Amour… Donne des ailes !

Un grand merci aux éditions Avallon pour leur confiance et l’envoi de leur roman. 🙂

Conclusion : J’aime…. Beaucoup
♥ ♥

Avis posté en Septembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Crime sous tension
Marilou Rouge

Résumé : Prune Parish est un escroc. Et un escroc de première catégorie !
Depuis toujours, à Wichita, Kansas, elle prétend posséder des dons de médium et arnaque le plus de personnes possible, sans état d’âme.
Sauf qu’un jour, alors qu’elle rentre d’un de ses spectacles, elle est foudroyée en plein milieu de Central Riverside Park. L’éclair stoppe son cœur et lui donne un pouvoir. Celui de voir le passé.
Les événements vont alors s’enchaîner sans qu’elle puisse les maîtriser. Le corps d’une jeune femme est retrouvé dans l’étang du parc et Prune est la seule à connaître son visage et son identité.
Elle va devoir enquêter, avec l’aide de ses nouvelles visions, mais aussi celle de David Page, détective privé sexy et arrogant qu’elle évite depuis toujours.
Arrivera-t-elle à convaincre le monde qu’elle est devenue une véritable voyante ?
Et surtout, Prune survivra-t-elle à cet encombrant don ?

~ AVIS ~

Crime sous tension” est la raison pour laquelle je ne regrette pas du tout mon aventure dans les services presses. Dénicher des petites pépites comme celle-ci
Ahlala, j’ai passé un excellent moment dans la vie du Prune Parish !
De la tension, un rythme fou, des dialogues piquants, une aventure paranormale bien présentée, une enquête policière bien menée, le tout sans aucun moment d’ennui, ni de faiblesse. Une sacrée belle découverte 🙂 !

J’ai adoré cette valse parfaitement exécutée entre la romance et l’enquête policière. Les deux ont su trouver leur place, sans empiéter sur l’autre tout en maîtrisant leurs gestes et pas. Avec, en plus, cette touche de paranormales qui saupoudre cette danse de mystère.
Quel beau spectacle !

Prune, dont le passé est lâché par bribes au fur et à mesure, est un personnage à la fois sensible et excentrique. Même si j’aurais eu envie de plus de détails supplémentaires sur sa transition entre sa vie normale et celle “d’escroc à succès”, on ne peut que l’adorer. Elle a des faiblesses, une blessure non refermée… Elle est très bien sculptée et dépeinte, donnant un personnage principal entier.
Quant à David… Le parfait héros de cette aventure. Il aurait été autrement, ça aurait beaucoup moins pétillant. Il a une prestance, un côté mystérieux et un charisme qui transperce à travers le texte, sans faire d’ombre à Prune.
Tous les personnages sont bien formulés, même les secondaires. L’humour est piquant à souhait, la plume est fluide et addictive, à la fois franche et douce.
Bref, autant par le fond que la forme, cette histoire tient debout et c’est un réel plaisir à lire !

Et mon (gros) pêché mignon de ce roman a été la romance (obvisously 😉 ) ! J’en ai été sous le charme dès le début. Leurs joutes verbales sont monstrueusement bien formulées, piquantes et révélatrices de tension à souhait et cette animosité mêlée de tension érotique entre Prune et David est la petite cerise sur le gâteau ainsi que le glaçage.
Je n’en attendais pas moins au vu du résumé et je n’ai pas été déçue !
Cette danse de séduction est vraiment savoureuse à lire. Ils ont un passif en commun qui dure depuis des années, un petit jeu du chat et de la souris qui apporte ce côté savoureux au récit, tout en gardant sa place d’intrigue secondaire. Car la force de leur relation, c’est qu’ils se tournent autour le temps nécessaire et ce n’est ni trop court, ni trop long.
Bref, une romance impeccable !

Quant à l’enquête policière, je ne lis pas de roman policier, (donc peut-être mon avis fera amateur), mais elle m’a parfaitement convenu. Elle était bien mise en scène, avec du suspens, plusieurs suspects, intrigues et révélations dosés et maîtrisés avec un rythme maîtrisé.

Et cette fin… OH.LA.LA ! La flèche en plein cœur ! J’ai adoré la tournure des événements – surtout par rapport à la romance. Elle aurait pu faire trop mièvre, too much, mais j’avoue que… J’ai eu un petit sourire satisfait. C’était juste PARFAIT. 😉
Mais j’ai un peu tiqué sur la forme…. J’ai trouvé que la fin a été un peu trop accélérée et précipitée. C’est mon seul et unique bémol de tout le livre. Jusqu’au dernier chapitre, je n’avais rien à redire sur le rythme. C’était comme voir Miss France descendre un escalier perchée sur des hauts talons avec charme et naturel. Mais le dernier chapitre est cette dernière marche, où la Miss se tord la cheville… (Oui, j’adore les métaphores ^^’). J’aurais voulu plus savourer le moment, m’en délecter davantage. Sur le fond, comme écrit au-dessus, je n’ai rien à redire. Cependant, j’aurais apprécié peut-être un dernier chapitre coupé en deux ou un petit épilogue, donnant ainsi une fin propre à l’enquête policière et à la romance.

Dans sa globalité, “Crime sous tension” a été une belle découverte, un très, très bon moment de lecture et je ne peux que te la recommander !

Conclusion : J’aime…. Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis posté en Octobre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Je te retrouverai (missions à la B.R.I)
Magali Santos

Résumé : Mégane Santiago, agent de la Brigade de Recherche et d’Intervention de Paris, est promue sur la plus grosse enquête en cours de la police judiciaire : l’Affaire Vladislav. Mafia russe, meurtres énigmatiques et un Parrain introuvable, sa vie va basculer lorsqu’elle rencontre Liam lors d’une intervention secrète. Qui est-il ? Quel lien a-t-il avec la mafia ? Leurs chemins se croiseront plusieurs fois, mais Mégane arrivera-t-elle à garder les pieds sur terre ? Leur histoire mettra-t-elle en danger son engagement professionnel ? Vivez une enquête policière mystérieuse, unique et passionnelle.

~ AVIS ~

Je ne pense pas que ce sera un très long avis sur cette histoire, ne comportant que 168 pages (version numérique) et que j’ai simplement… TOUT ADORE !
Quelle sacrée aventure, mordante de réalisme et de rebondissements (et avec une histoire d’amour 😉 ) !

Dès le début, l’auteure nous donne le tableau d’ensemble, tout en finesse et sagesse, sans brusquer les lecteurs peu habitués du genre (c’est-à-dire, moi ^^). Nous entrons pas à pas dans l’univers, avec l’aide de la plume naturelle et accessible de Magali Santos. Eh puis, tout s’enchaîne rapidement, en une soirée le roman était avalé !
J’ai tout dévoré: l’enquête, les personnages, le décor, les rebondissements, l’adrénaline et bien évidemment, la sous-intrigue amoureuse 😉 !

L’auteure n’y va pas par quatre chemins, donnant aux lecteurs les éléments nécessaires, sans fioritures ni informations inutiles. Comme si nous faisions également partie de cette équipe de la B.R.I. et qu’il faille résoudre cette enquête sans perdre de temps avec Mégane, notre héroïne et ses collègues. Le reste : les personnages secondaires, le gros de l’enquête, les détails, nous les apprenons au fur et à mesure des pages tournées. Tu ne seras jamais perdue.

J’ai adoré le cadre structuré de l’enquête, ces petites explications à la Jamy de “C’est pas sorcier” sur les points juridiques, les textes de lois ou détails d’une enquête policière glissées naturellement dans le récit. Ce dernier s’en est, d’ailleurs transmuté en un livre brillant de réalisme. Le rythme est soutenu avec cette enquête haletante et les dangereux criminels qui rôdent autour. Quant à cette révélation finale, un sacré retournement de situation !

Et je n’allais pas te laisser partir sans te parler de ce pourquoi tu es venue 😉 : La romance. Eh bien, c’est une réussite aussi !
J’ai beaucoup aimé la manière dont elle s’insère dans l’enquête policière. Elle y ajoute des questionnements, des doutes, des rebondissements… Et cette histoire d’amour a un rôle à part entière dans le récit, sans pour autant voler la vedette de l’intrigue principale. Liam est aussi intriguant que mystérieux et comme l’héroïne, nous sommes perdues face à lui. Est-il si innocent que ça dans l’affaire ? Vraiment ?
A toi de le découvrir ;).

Personnellement, je n’ai rien à redire sur les chemins pris par l’auteure, j’ai eu l’impression de regarder un bon épisode de série. La plume fluide, les intrigues qui s’entremêlent et se tournent autour, le rythme est très bon et l’enquête superbement bien ficelée.
J’ai vraiment passé un très bon moment en compagnie de Mégane !

Conclusion : J’aime…. Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis publié en Octobre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Je serai ton prince
Coralie Darcy
Rebelle éditions

Résumé : Lou se définit comme une inculte de l’amour. A vingt-quatre ans, elle n’a aucune expérience des hommes et se sent plus seule que jamais. Inscrite pas inadvertance sur un site de rencontre tout spécial, la voici obligée de fréquenter Samuel Wyatt, un riche canadien qui a les allures du prince charmant. Mais les apparences sont trompeuses et Lou devra défendre sa vertu face à ce bel adonis !

~ AVIS ~

Je serai ton prince” est le combo de tout ce que j’adore retrouver dans les comédies romantiques ! Les codes sont respectés, les personnages sont mystérieux et attachants à la fois, il y a du conflit, des quiproquos, de la jalousie et un petit jeu du “fuis-moi, je te suis” à tomber ! Bref, une vraie comédie romantique (avec suppléments “clichés savoureux”) !

Tu l’auras donc sans doute deviné, j’ai adoré cette romance ! Elle se lit d’une traite, car il est impossible de la lâcher une fois commencée. L’intrigue principale se met en route très vite, nous laissant sans défenses au service de notre curiosité.
Le synopsis du roman glisse tout seul, avec, bien évidemment, des conflits et enjeux en prime. Bien que prévisibles, ces derniers font parfaitement leur job ! Dès la fin du chapitre 2 et l’annonce de l’élément déclencheur, j’étais conquise.
L’ambiance “caliente“, le décor du sud de la France, les descriptions fluettes, le héros parfaitement dans son rôle et le côté très réaliste de Lou, notre héroïne m’ont fait passer un très bon moment de lecture. D’autant plus que la plume de l’auteure est douce et intrigante, rendant le récit addictif.

L’histoire est romantique au possible, “mièvre” comme on aime les savourer. J’ai adoré l’atmosphère légère qui s’échappe du roman, celui des effluves “Fleur Bleue” des bonnes comédies romantiques.
Je trouve aussi que c’est une lecture idéale pour l’été !

(En revanche, il est plutôt réservé aux plus “pralines” d’entre nous. L’ensemble de la romance surfe sans scrupules sur les clichés du genre et se structure autour de ça.)

Bref, aux âmes les plus romantiques qui passent par ici : Vous pouvez y aller les yeux fermés 😉

Merci aux éditions Rebelle pour leur confiance !

Conclusion : J’aime…. Passionnément
♥ ♥ ♥

Avis publié en Novembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Un Chant de Coquelicot
Marianne Clogenson
Libre2lire éditions

Résumé : Octobre 1976, Balsamine intègre un prestigieux lycée parisien, afin que son lourd passé ne vienne pas empêcher la réussite de ses études et de ses projets. Timide et discrète, elle va tenter de dissimuler ses secrets et son origine. C’était sans compter sur sa rencontre avec Ernest, un garçon provocateur et étrangement attirant ; Chantal, avec sa silhouette dentelée et ses coups bas ; ou encore les jumelles Préjean, qui se révéleront comme ses plus fidèles alliées.
Confrontée aux premiers émois adolescents et aux difficultés de la vie d’adulte, Balsamine devra faire des choix pour se définir elle-même, entre les mœurs strictes de son époque et ses rêves de liberté et d’amour.

Lien vers la maison d’édition : ICI

**Note de LRE : Cette histoire se déroule dans les années 70, mais je l’ai tout de même ajoutée ici . Elle aurait un peu déteint dans la catégorie “Romance Historique” 😉 **

~ AVIS ~

Quelle douce et agréable balade romantique dans les années 70 !
L’auteure a fait un boulot remarquable et l’immersion cinquante ans en arrière est une belle réussite. Je n’ai jamais eu l’occasion de lire une romance se déroulant dans cette période-ci et je dois dire que le voyage a été des plus agréables.
Et petit clin d’œil appréciable : Le jeu de mot du titre est un joli hommage à tout le récit.

Nous suivons Balsamine, jeune fille atterrissant dans un lycée privée après un accident. Puis vient la rencontre avec Ernest. Une atmosphère de pudeur, de léger flirts et d’amour sincère vient flotter dans l’air. Des regards à la fois ingénus et tellement nués de sens pour cette génération, coincée entre les “révolutions” post 1968 et les mœurs d’ancienne génération que leur parent respectif tente de faire encore respecter.
J’ai vraiment trouvé cette romance pure, plaisante à lire, à la fois légère et bourrée de sens. Les douleurs et blessures d’une enfance compliquée avec lesquelles il faut composer une fois ado, le deuil et l’exploration des premiers émois intimes, comme sa première fois. Marianne Clogenson passe sans détour dans tous ces questionnements, rendant ses héros plus vrais que nature et les lecteurs, complices de leur vie et de leurs sentiments.
En effet, en plus de nous plonger dans la tête de Balsamine et d’Ernest, nous avons l’occasion, à plusieurs reprises, de nous glisser à travers d’autres points de vue, notamment les plus “secondaires” des personnages. Les amis de Balsamine, l’antagoniste (une vraie réussite, ce personnage !), les parents des héros…
Cette valse de points de vue est écrite naturellement et sans fioritures. Elle nous donne le loisir d’explorer d’autres opinions et de vivre plusieurs intrigues secondaires, rendant le récit plus vivant et immersif.

La plume de l’auteure est douce, profonde et laisse rêveuse, donnant un charme particulier à “Un Chant de coquelicot“.

Malheureusement, j’ai un “Mais”…
L’intrigue principale traîne beaucoup trop en longueur à mon goût. J’ai parfaitement compris les questionnements de nos deux héros, leurs doutes, leurs possibles regrets, leur peur de la déception et de l’abandon, leurs rêves, l’envie d’un avenir radieu et prometteur…
Mais il y a un moment où ça tournait beaucoup trop en rond et où plus rien d’intéressant ne se produisait. Nous, lecteurs, sommes seuls, simplement occupés à comprendre les soucis légitimes d’adolescent. Tous ces questionnements ont rendu le rythme redondant sur la fin. J’ai commencé à trouver le temps long, me demandant où l’auteure voulait en venir. Et cette dernière partie est (enfin) apparue. Elle a un peu ravivé le rythme, débutant sur un suspens déroutant et surprenant.
A mes yeux, cette dernière partie (la quatrième, dans le récit) aurait dû apparaître plus tôt. Ce qu’il se passe au préalable aurait dû être effiloché, pas coupé, car l’ellipse temporelle a été beaucoup trop brutale. Et mine de rien, à l’inverse de la fin interminable de la troisième partie, cette quatrième partie s’est déroulée beaucoup trop vite. J’aurais voulu en savoir plus. Nous décrire avec autant de minutie et de détails leurs questionnements et leurs rêves d’ados pour calfeutrer une fin “adulte” aussi rapidement m’a laissé un peu sur ma faim, bien que j’ai été conquise de la route prise par l’auteure.

En résumé, malgré une fin lente et une dernière partie surprenante mais se laissant désirer, j’ai passé un plaisant moment de lecture ! Je trouve que cette romance vaut son détour, détonnant des autres du genre.

Merci à l’auteure, Marianne Clogenson pour l’envoi et sa confiance ainsi qu’à la maison d’édition Libre2lire (lien ci-dessus).

Conclusion : J’aime…. Beaucoup
♥ ♥

Avis publié en Novembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Aucun autre ennemi que toi
Eleonore Marco

Résumé : Ennemis un jour, ennemis toujours.
Safi et Éloi ont les meilleures raisons du monde de se détester. Pendant des années, ils ont saisi toutes les occasions d’attiser leur haine mutuelle. Passionnés et créatifs, ils se connaissent par cœur, et n’hésiteront pas à se servir de cette étrange intimité pour se tirer dessus à boulets rouges.
Et puis, il y a cette autre soirée, celle dont ils ne parlent pas — un moment qui les a abîmés, et dont ils ne se relèvent ni l’un ni l’autre.
Quand Prune, la meilleure amie de Safi, lance une folle entreprise pour réaliser enfin leur rêve d’enfant, restaurer un moulin médiéval dans leur ville natale, elle ne se doute pas qu’elle place Safi au pied du mur. Car sous prétexte que le temps a passé, elle l’entraîne dans une collaboration professionnelle avec… ce même Éloi qu’elle déteste depuis toujours.
Contraints de coopérer et de communiquer tant bien que mal, Safi et Éloi voient bientôt leur inimitié féroce sous un tout autre jour. Mais de retour dans la ville de leur enfance après plusieurs années d’absence, ils sont aussi confrontés à d’autres fantômes…
NB : Ce roman a d’abord vécu sa vie sous le titre “le 14”.

~ AVIS ~

Mon “fétichisme des romances” ce sont les relations “Ennemies to lovers” . Avec un titre et un résumé pareils, c’était me prendre par les sentiments, et je dois dire que “Aucun autre ennemi que toi” a relevé le défi haut la main ! 🙂

Alors certes, la destination finale est prévisible, mais le chemin emprunté est tortueux et semé d’embûches que l’auteure a pris plaisir de placer.
L’une des forces de cette romance réside dans la personnalité forte et bien structurée de Safi et Eloi, les protagonistes. Leur relation emplie de frictions est étalée dès le début et continue, évidemment, tout le long du roman. Mais elle se révèle bourrée de sens ! Cette relation “ennemies” n’est pas superficielle, n’est pas là pour mettre en émoi les romantiques telles que moi, mais a été minutieusement construite. Chaque détail est à prendre en compte, chaque bout de phrase, chaque regard, joute verbale n’est pas donnés au hasard. Cette façon réaliste d’avoir narré leur relation m’a emballée dès les premiers chapitres !
Je suis tombée sous le charme de leur parcours, de leurs blessures, de leurs envie et de leurs rapprochements…
Les codes de la romance sont brillamment respectés.

L’autre force de ce roman est d’avoir accroché, à la romance principale, une autre intrigue avec la rénovation du moulin. A deux, ils exécutent une valse bien menée et le rythme en ressort éclatant. Je ne me suis pas ennuyée, avalant l’histoire sans me rendre compte des pages qui défilaient. (J’ai même fini par m’attacher, moi aussi, à ce moulin.)
La plume d’Eléonore est incisive, plaisante et fraîche. Elle offre un sacré pep’s à l’ensemble du récit !
Même lorsque des sujets plus graves sont abordés, la manière de l’auteure à les incruster avec force et honneur dans le roman, m’a beaucoup plu.

Mais le plus surprenant… C’est cette histoire de chiffres avec Safi, l’héroïne. J’ai les maths en horreur et dès que j’ai vu cette itinéraire prise par l’auteure, j’ai eu des sueurs froides… Mais en fait, pas du tout !
Cela donne une petit touche “de romantisme bizarroïde”. J’ai fini rapidement par adhérer à l’idée et l’ai trouvée super originale ! Elle ajoute un côté fascinant aux traits de personnalité de Safi. De plus, la manière dont elle se “clipse” dans la relation de nos deux héros donne une touche romantique des plus savoureuses ! J’ai trouvé ça vraiment touchant et… oui, je me répète, très romantique 😉

Un grand bravo à l’auteure pour avoir flirté avec le “culcul-praline” sans jamais tomber dedans et d’avoir réussi à sortir des sentiers battus, une romance “ennemies to lovers” fraîche et plaisante à lire.

J’ai passé un excellent moment de lecture et remercie Eléonore Marco pour l’envoi de son roman. 🙂

Conclusion : J’aime… A la Folie
♥ ♥ ♥ ♥

Avis publié en Novembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Un banc pour deux
Christian Le Meur

Résumé : Après la mort de son père, Laura s’inquiète de la disparition inexpliquée de sa mère, Adèle, partie sans la prévenir. Elle refait surface quelques jours plus tard comme si rien ne s’était passé. Aussitôt, sa fille l’oblige à acheter un téléphone portable de manière à rester joignable. Dès lors, sa vie va prendre une tournure dont elle ne mesure pleinement les conséquences, entraînant Laura par la même occasion…
Dans le même temps, Mélanie fait la connaissance d’un homme exceptionnel dans des circonstances peu habituelles. Entre eux, une grande complicité s’installe rapidement. Afin d’éviter de se trouver à nouveau en fâcheuse posture, elle lui conseille d’acheter un mobile. Loin d’être un partisan de cette technologie, celle-ci va lui donner du fil à retordre, mais aussi lui permettre de bousculer son quotidien. La jeune femme ne peut imaginer jusqu’où cet objet va les embarquer…

~ AVIS ~

Aux premiers abords, ce roman présente des qualités indéniables: La passion de l’auteur à vouloir raconter une belle histoire et sa plume douce, qui caresse le récit avec tendresse. Les personnages sont d’une justesse et d’une finesse incroyable. J’y ai trouvé des moments touchants, véhiculant des messages d’espoir et d’amour.
L’auteur va au bout des choses, de la description de ses personnages, à leurs pensées et actions… Parfois allant beaucoup trop au bout.
Même si “Un banc pour deux” est un bel hommage au deuil, à la compréhension et l’acceptation de la vie d’autrui, à la confiance, à l’amour et à la découverte, je me suis, hélas, beaucoup ennuyée…

En effet, malgré la belle écriture de Christian Le Meur, j’ai trouvé le récit… lent. Trop lent. Le début est cependant assez accrocheur, mais au fil des pages, chaque scène s’étale avec beaucoup trop longueur et est imprégnée de détails parfois superflus et inutiles, qui ralentissent le récit. J’ai eu l’impression que tout était important pour l’auteur et qu’il ressentait le besoin de tout dépeindre, d’aller au bout, du bout, du bout de ses descriptions (par deux fois, par exemple, nous suivons les protagonistes aux toilettes… !). Plus d’une scène, à mes yeux aurait dû être rabotée, plus vite ficelée et moins étendue.
Le fil rouge de l’histoire se retrouve donc noyée dans ces longues descriptions et le rythme en devient un dommage collatéral : aucun soubresaut exaltant, aucune fuite de vitesse à vouloir tourner les pages pour connaître la suite… Le rythme est monotone.
D’ailleurs, l’histoire se déroule sur un espace temps restreint. Quand je croyais que des semaines s’étaient écoulées, en fait, une seule nuit était passée dans le roman.

Un autre point qui m’a fait énormément soupirer d’exaspération, ce sont les références lubriques…
Pour mieux comprendre, il faut que tu saches que l’histoire est narrée principalement sous le point de vue de quatre protagonistes. Mais lorsque nous étions dans le point de vue de Laura et Mélanie, leurs scènes étaient entrecoupées de pensées érotiques venant d’un passant en voiture, d’un serrurier, d’un client en magasin, d’un policier… Bref, d’un personnage insignifiant à l’histoire. C’était vraiment trop de s’incruster dans leur esprit, surtout que c’était uniquement pour dire qu’ils mataient leurs seins, leurs fesses, appréciaient la vue de l’une de nos deux héroïnes et qu’ils en auraient bien fait leur quatre heure… Une ou deux fois, ma foi, pourquoi pas. C’est un moyen de faire comprendre aux lecteurs que Laura et Mélanie sont de très jolies femmes. Mais tout le long du roman, et aussi systématiquement , ça en devenait vraiment gênant et lassant.
Ou même, vis-à-vis des deux plus vieux protagonistes !
Je veux bien entendre que le sexe fasse partie de la vie, que ces scènes existent dans le texte ne me pose pas de problème. Cependant, il y a des détails / des points de vue qu’ils auraient mieux valu ne pas divulguer. Quelques unes dispersées avec parcimonie aurait plus judicieux. Mais vraiment pas à ce point.

Quant à la romance, cette dernière est, à regret, trop timide. Malheureusement, il faut passer par toutes les longues descriptions, les pensées graveleuses des passants pour qu’ENFIN, une romance naisse à plus de 80% (en version numérique) du livre. J’ai trouvé ça dommage. L’auteur avait entre les mains de quoi rendre une romance pétillante, exaltante. Même deux, finalement. Mais tout se retrouve serré à la fin et pour le coup, passe très vite. On n’a pas le temps d’assimiler leur bonheur, de se réjouir pour eux, que c’est déjà la fin.

Malgré tout, j’ai tenu jusqu’au bout.
Peut-être qu’à force de lire les pensées les plus intimes de ces personnages, j’ai fini par m’y attacher et avoir un intérêt pour leur destin. Et vraiment l’écriture de l’auteur est un bonheur à lire sur la forme.

Je tiens tout de même remercier Christian pour sa confiance, sa gentillesse et sa patience.

Conclusion : J’aime…. Beaucoup
♥ ♥

Avis publié en Décembre

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Forever Elle
Julie Rose

Résumé : Il paraît que le premier grand amour est souvent celui qui vous marque pour toujours.
Tout sourit à Gabriel. Gérant d’une salle de sport, en couple depuis dix ans et des amis fidèles… Il a tout pour être heureux. Jusqu’à ce fameux jour où son passé resurgit de nulle part.
Que fait-elle ici ? Pourquoi est-elle revenue ?
Pourquoi maintenant ? Et surtout pourquoi n’a-t-elle pas repris contact ?
Un regard, quelques paroles échangées et toutes ses certitudes sur son avenir s’envolent.
Le destin aurait-il décidé de réécrire l’histoire ?

~ AVIS ~

Nous découvrons, au travers de Gabriel, le retour du premier amour avec ces remises en questions et ces bouleversements inattendus.
La manière dont l’auteure a narré cette histoire est très juste. Le tiraillement entre la raison (Gabriel est en couple depuis dix ans avec une autre) et le cœur (qui palpite, encore et toujours, pour la même personne). Le choix cornélien est très bien dépeint. Le rythme est fluide, valsant entre quelques souvenirs de jeunesse expliquant le lien fort qui unit Gabriel et Léana, ainsi que leur présent. Nous suivons également le point du vue de Léana, mais seulement quelques bribes, histoire que lecteur connaisse sa position tout en évitant les répétitions superflues. C’est 85% Gabriel / 15% Léana et ce partage apporte un rythme léger au récit.
Ils se refont face plusieurs fois, mettant un bon coup de pied dans la fourmilière de leurs sentiments. Que faire ? Rester amis et ne rien tenter de plus ? Ou tout faire valser pour continuer là où ils se sont arrêtés, douze ans plus tôt ?

Le ton est impeccable, les intrigues se nouent et dénouement naturellement, apportent leur lot de suspens, de questionnements, tout en portant la romance sur leurs épaules. J’ai adoré me plonger dans cette romance et la manière dont tout se dégoupille.
Le cadre simple et naturel, qui sert de théâtre au roman, apporte un côté “terre à terre” appréciable à cette subtile romance.
Les personnages sont décrits avec finesse, même les secondaires. Ils apportent leur pierre à l’édifice sans prendre le devant de la scène. ( J’aurais d’ailleurs aimé en savoir davantage sur Tony, surtout à la fin 😉 )

J’ai beaucoup aimé cette romance, même si des “MAIS” persistent.
Mon premier va pour les descriptions de scènes. Il m’a plusieurs fois manqué de sensoriel. Les cinq sens n’ont pas souvent été mis en alerte.
Si sur les ressentis et sentiments des protagonistes, tout m’a plu et j’ai littéralement fondu en eux, je dois avouer qu’il m’a manqué certaines…atmosphères dans la description des scènes. Et également, ces dernières étaient parfois incomplètes. L’auteure veut nous embarquer quelque part avec ses protagonistes, mais ne va pas au bout des choses. Je me souviens notamment de cette scène dans un Starbucks. Julie Rose décrit ce qui distingue cette chaîne de cafés aux autres (le prénom mal écrit sur les gobelets, le serveur qui cri le prénom inscrit pour le servir…). Ma foi, pourquoi pas. Soudain, il se passe quelque chose et Gabriel, notre héros, est happé dans une conversation avec un autre personnage et… plus aucune description. On entend pas le brouhaha plausible qui grouille dans ce genre de café ou à l’inverse, un calme innatendu à cette heure pareille. On ne sent pas l’odeur caractéristique… Et surtout, il nous manque la suite de la partie “Starbucks”. Je n’ai pas eu de serveur crier le prénom de notre héros, ni lu que ce dernier a récupéré son café. J’aurais aimé que cette scène soit “terminée”, quitte à ce que ça prouve que Gabriel soit déstabilisé (le serveur qui cri “dernier appel pour Gabriel” ou quelque chose dans ce genre).
Il en allait de même lorsque nos personnages étaient dans un véhicule ou un transport en commun. Nous avons la description de l’aller, mais le retour est totalement oublié. Nous passons de “Gabriel, au volant de sa voiture qui songe à une conversation” à la ligne suivante “Il enlève ses chaussures à l’entrée”. C’est trop brusque et soudain. Par moment, j’ai même cru que ces scènes se passaient dans l’imagination de notre héros. Là aussi, j’aurais apprécié que la scène aille jusqu’au bout.

L’autre point est plutôt marrant mais assez déroutant… La quasi totalité des personnages féminins ont un prénom commençant par la lettre L. Léana, Lola, Lili, une Lina fait aussi son apparition… Il y a un moment où ça m’a un peu perdue et mon cerveau a fait l’amalgame plusieurs fois. ^^’

Ces “MAIS” ont l’air énorme et long, mais en vrai, ils ne représentent pas de gros impacts sur mon ressenti global. Elles m’ont certes, un peu perturbée, mais je me suis laissée porter par cette romance du début à la fin. J’ai passé un très bon moment de lecture, et j’ai eu du mal à reposer le roman avant la fin. Le plume de l’auteure est fluide et douce ce qui rend la romance très agréable à lire !

Bravo à Julie Rose pour cette belle histoire et un grand merci pour sa confiance 🙂 !

Conclusion : J’aime…. Passionnément
♥ ♥ ♥

A suivre…

La Romantique éperdue ♥

3 commentaires

  1. […] Retrouvez l’intégralité de cette chronique ICI. […]

  2. […] déjà eu l’occasion de lire une romance de Florence Charbaut (à retrouver ici : 💐) et cette dernière était une belle réussite.Ca a été donc un réel plaisir de retrouver sa […]

  3. […] de “Aucun autre ennemi que toi” : ICI et “Douce imposture de Noël” […]

Répondre à Services Presses : Romance Contemporaine, part. 2 – La Romantique Eperdue Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 × 24 =